Publié le 6 février 2020
Le festival « Dire » consacré aux mots accueille divers écrivain(e)s pour des performances, des lectures, des ateliers. Entre autres Emmanuelle Pireyre pour son roman « Chimère ».

La romancière, lauréate du prix Médicis 2012 pour « Féerie imaginaire », raconte son roman « Chimère ». Pour ce, elle entre en interaction avec un écran qui affiche des diapositives, des vidéos. Elle s’y prend de manière humoristique car le ton dont elle use est manifestement celui de l’autodérision.

Elle égratigne d’abord le fonctionnement des milieux littéraires où il arrive qu’on se lance dans la rédaction de sujets improbables simplement pour se voir publier. Au passage, elle balance un clin d’œil parental à ses gosses férus de livres d’horreur, une littérature bien éloignée de ses préoccupations personnelles et de son idéal éducatif.

Là voici alors lancée sur la piste des dérives technologiques, notamment celles des O.G.M. et de leurs potentielles répercussions sur la santé publique. Ce qui l’incite, via la lecture d’informations bien réelles, à approfondir son enquête à propos de transformations génétiques sur êtres vivants.

Sur ces fonds de réalités écologico-économiques, elle brode alors l’évolution d’un monde dans lequel les épis de maïs deviennent géants, les humains peuvent se métamorphoser en hommes-chiens. Les premiers servant à des viols insensés, les seconds envahissant le monde.

Nous basculons dans un univers déjanté, proche de certaines inventions colorées d’absurde d’un Nicolas Ancion. Et les aller-retour de l’écrivaine conférencière entre un discours de plus en plus décalé et ses commentaires au sujet de sa famille et de leurs vidéos couplées à des fantasmes extravagants font baigner l’histoire dans une malice décontractée, accentuée par un ton lui-même quelque peu sarcastique.

Les problèmes véritables soulevés par le développement de ce récit s’en trouvent à la fois dédramatisés et replacés dans une perspective dérisoire qui permet, sans nul doute, de les relativiser sans les reléguer. La fantaisie qui appartient au plaisant et au créatif n’empêche en rien de se poser les bonnes questions sur notre avenir individuel et collectif.

Autodérision salutaire et jubilatoire


Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Villeneuve d’Ascq - Festival Dire Médiathèque Le 01/02/2020 à 16h La Rose des Vents 80, boulevard Van Gogh, 59650 Villeneuve d’Ascq Téléphone : 03 20 61 96 96. Site du théâtre Réserver  

Chimère

de Emmanuelle Pireyre

Lecture performance Théâtre
Mise en scène : Emmanuelle Pireyre
 
Avec : Emmanuelle Pireyre
Durée : 45' Photo : © Aurélie Olivier

Lire : Emmanuelle Pireyre, Chimère, Paris, L'Olivier, 2019