Publié le 31 janvier 2020
Les voici six, aussi différents que possibles : femmes et hommes, jeunes et mûrs, maigres et potelés, colorés et blancs… Ils nous offrent des fragments de leur vie, des confidences sur leur pratique artistique. Ils s’expriment à travers une chorégraphie issue du hip-hop. Une générosité contagieuse, un plaisir en réseaux reporté vers la salle.

D’abord et avant tout, c’est un spectacle porteur de dynamisme et d’optimisme. Chacun, quel que soit son physique, donne l’optimum de ce qu’il est capable de réaliser. C’est ensuite une image rayonnante de l’intégration, de la collaboration, de la cohésion de groupe, de la complémentarité des individus. C’est enfin la preuve d’une énergie au service de la créativité, de l’expression de soi dans la sincérité hors compétitivité.

Roya The Destroya, unijambiste de naissance, est sans doute la plus spectaculaire. Elle se comporte en danseuse acrobatique, rayonnante, performante, décomplexée. Slowmotion Phax démontre que, au-delà de la cinquantaine, il est possible d’être un virtuose de la ‘slowmotion’, une pratique corporelle alliant une souplesse à toute épreuve et un don de mime expressif en diable.

Originaire de Madagascar, Micael Anigbe, est un maestro de la ‘break dance’. La séquence où il tourbillonne sur la tête couronne le reste d’une prestation surprenante. Hello Shelly a quitté le Kosovo lors de la guerre. Elle affirme un physique robuste dont elle use jusqu’à la provocation pour démontrer que la femme, même dans la boxe thaïe et la ‘pole dance’, parvient à demeurer féminine sans vulgarité.

Chanteuse lyrique, Aurélie Castin, est à l’antipode des improvisations des arts de la rue. Elle intègre un chant personnel au sein de mélodies basées aussi sur le rythme. Et cela, c’est le domaine de Big Ben Beatbox, qui s’en donne à pleine voix lui aussi pour bruiter, scander, ponctuer, remuer. 

Comment ne pas s’en retourner avec une goulée d’espérance revivifiante. Avec la certitude d’avoir communié durant une heure avec les interprètes autant qu’avec les autres spectateurs. Avec une vision qui dépasse les échecs, les découragements, la morosité contagieuse, l’affrontement avec des réalités dramatiques de vies mouvementées dans un univers qui affectionne de cultiver des peurs de plus en plus collectives, qui met à la une des medias les catastrophes et les dysfonctionnements socio-politiques.

Des corps joie d’énergies positives


Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Tournai - Belgique Le 30/01/2020 à 20h30 Maison de la Culture Esplanade George Grard, boulevard des Frères Rimbaut, Téléphone : +32 (0)69 25 30 80. Site du théâtre

Compléter : http://www.ruedutheatre.eu/article/1853/no-way-back/

Réserver   Evere (Bruxelles) - Belgique Le 07/02/2020 à 10h 20h15 Centre culturel L'Entrela 43 rue de Paris Téléphone : 00 33 (0)2 241 15 83. Site du théâtre Réserver  

Front X

de Milan Emmanuel & Collectif

Performance Danse
Mise en scène : Milan Emmanuel
 
Avec : Slowmotion Phax, Roya The Destroya, Micael Anigbe, Hello Shelly, Aurélie Castin, Big Ben Beatbox

Chorégraphie : Milan Emmanuel
Dramaturgie : Juan Bernardo Martinez 
Œil extérieur : Kristin Rogghe
Soutien : Fédération Wallonie-Bruxelles

Durée : 1h Photo : © DR  

Production : Cie No Way Back
Partenariats : KVS, De Kriekelaar, Maison de la Culture de St-Gilles
Accueil en résidence : La Monnaie/De Munt, Wolubilis, Latitude 50, La Roseraie, Ultima Vez