Publié le 26 août 2019
Parmi les spectacles présentés aux Rencontres du Théâtre jeune Public, ceux consacrés au théâtre d’objets ont poursuivi l’itinéraire d’une façon autre de pratiquer l’art de la scène, entre l’art du comédien et celui du marionnettiste.

Avec le théâtre d’objets, un ou des manipulateurs, comédiens ou narrateurs inventent un spectacle en utilisant des objets de la vie ordinaire, des jouets, des images, des éléments de brocante. Ceux-ci deviennent des décors, des personnages qui retrouvent la liberté des contes ou des dessins animés, voire de films à gros budgets d’effets spéciaux. Leur métamorphose vaut aussi pour des œuvres littéraires connues comme « Madame Bovary », « Les Misérables » ou « Carmen ».

Frankenstein (à partir de 10 ans)

Le roman de Mary Shelley (1816) est archiconnu. Le transposer en théâtre d’objets était un pari. D’autant que la collaboration avec La Monnaie et la participation d’une cantatrice avec des airs de Verdi, Ives, Rachmaninov et même Céline Dion donnait une ampleur particulière au projet sans entrer en comparaison avec le récent opéra ‘Frankenstein’ de Mark Grey.

Ce cocktail de littérature fantastique, de musique en direct, de chant lyrique et d’objets transcendés par les éclairages et leurs manipulations s’avère une réussite. Le point de vue adopté par la compagnie relance l’intérêt du mythe. En effet, elle articule le récit autour de l’envie du savant de créer la vie dans le but de ressusciter sa mère morte qu’il a trop peu connue.

La magie des objets fonctionne comme toujours chez les Karyatides. Ils fascinent et leur apport dans des séquences très diversifiées prend des aspects suggestifs et oniriques nimbés de mystère. La côté sarcastique de l’action s’enrichit de l’émotion suscitée par le lien filial qui traverse l’histoire. La présence du pianiste Kevin Navas et de la soprano Virginie Léonard y ajoute, avec celle des narrateurs-acteurs-manipulateurs (Cyril Briant, Marie Delhaye), la confrontation du réel et de la fiction. Quant aux débats qui s’ensuivent, ils porteront d’abord sur la bioéthique.


Les Zorties (à partir de 6 ans)

Cette jeune compagnie, Mirage Market, propose un spectacle à propos de l’écologie. Elle contribue en faveur de la permaculture. Son support est l’histoire de Zoé qui doit suivre ses parents à la ville. Finie la campagne ! Elle se trouve larguée dans une nouvelle école où personne ne s’intéresse à elle. Elle finit par découvrir au fond de la cour de récréation un passage qui la mène dans un jardin extraordinaire. Celui de monsieur Sylvestre, le concierge de l’école chez qui poussent d’étonnantes plantes. Zoé finira par convaincre sa maîtresse et ses copains d’en faire un projet pédagogique.

La manipulation est un peu brouillonne par moments car il faut de l’expérience dans ce type de pratique. La silhouette de la gamine laisse perplexe. Le début verse assez dans l’illustration, l’objet étant référence narrative plus que porteur de sens. La fin est intéressante par la minutie foisonnante et délicate du décor jardinier et son utilisation.  

 






 

De la bioéthique à la convivialité

Maestro(s) (à partir de 6 ans)

Ils sont deux, Papote et Gigote. L’un est plutôt cancre ; l’autre carrément premier de classe. Le premier est contraint par son père à étudier la musique alors qu’il préfère la magie ; le second assimile cela naturellement car c’est de famille. 

La carrière de l’enfant musicien l’amène vers tous les honneurs et la certitude de sa supériorité. Jusqu’au jour où on le déteste et le rejette. Le magicien fait péniblement et humblement son chemin. Ils se retrouveront dans un spectacle commun, optimistement réconciliés.

Dans un castelet assez réduit, cette histoire et ses décors prennent vie, grâce au Rafistole Théâtre,  depuis l’école primaire jusqu’aux scènes de Las Vegas grâce à des papiers découpés et des ombres. Le jeu est fluide, d’autant plus cinématographique puisqu’on passe d’un lieu à un autre sans cesse. Le message, lui, est plutôt gentillet.    

Les peurs invisibles (à partir de 5 ans)

Après un début quelque peu tâtonnant, l’inventaire des peurs par les Zerkiens prend formes essentiellement au moyen d’ombres chinoises. Peurs du noir, des araignées, des limaces, de l’orage, des oiseaux, d’un plancher qui craque…

La seconde partie est plus subtile. A l’intérieur d’une peinture, dans une atmosphère plus ou moins magrittienne, il se passe d’étranges phénomènes, des apparitions, des rencontres insolites notamment avec une très vieille dame et sa baignoire. Typique du terreau Belgique qui chérit un fantastique le reliant à de grands mythes.

La Soupe au(x) caillou(x) (à partir de 4 ans)

On en a connu des « Soupe aux cailloux » dans le théâtre jeune public. Celle-ci est différente. Pour chaque légume ajouté, une histoire est contée de manière fort plaisante. Comme accessoires et décor, les ustensiles de cuisine sont convoqués. Ils se transforment jouant dans chaque conte un rôle actif.

C’est plastiquement beau, c’est narrativement efficace. En prologue, voici, au moyen de quelques ingrédients jetés dans la casserole de verre (prise en gros plan par une caméra) l’évolution de la planète : surprenant et drôle. Puis, selon les légumes choisis, des râpes sont tours de château, des planches à tartines des murailles, des éponges métalliques imitent les virevoltants qui partent au vent dans les westerns, une passette cachera l’œil borgne d’un pirate, une pince à pâtes est requin, des essuies sont des étendards…

Les contes se succèdent, tous plus inventifs les uns que les autres. Pas le temps de souffler. D’autant que la narratrice cavalcade tant et tant avec son texte que la soupe offerte au public n’a pas eu le temps de cuire à fond. Sans trop gâcher le plaisir contagieux offert par « Pan La Cie » qui milite, c’est manifeste, en faveur des 5 légumes minimum journaliers.





Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Huy - Rencontres Théâtre jeune Public - Belgique Du 19/08/2019 au 24/08/2019 à Divers selon les jours Centre culturel de l'Arrondissement de Huy Avenue Delchambre 7A Téléphone : 085 21 12 06. Site du théâtre Réserver  

Du théâtre d'objets

Théâtre d'objets Jeune Public
Mise en scène : Hubball & Colassin - Mary Shelley - Isabelle Pauly & Anne Sara Six - Marion Nguyen Thé - Julie Annen
 

Les Zorties : Alice Hubball, Isabelle Colassin
Frankenstein : Cyril Briant, Marie Delhaye (en alternance: Karin Birgé), Kevin Navas (en alt. Thomas Eeckhout), Virginie Léonard (en alt. Lisa Willems)
Les peurs invisibles : Isabelle Pauly, Anne Sara Six 
Maestro :  Marion Nguyen Thé, Marion Pillé
La soupe au(x) caillou(x) : Julie Annen

Durée : +- 1h Photo : © Sarah Torrisi