Publié le 22 août 2019
L'alcoolisme est partout répandu. Il est délicat d'en aborder le thème. C'est un problème dont on parle finalement peu. Didier Poiteaux a choisi la voie théâtrale pour nous sensibiliser.

C'est du théâtre document. il est contreperformant d'en faire une dramatisation avec les effets scéniques récurrents d'ivrognes bégayant, hoquetant, zigzagant, trinquant à tout berzingue. L'option choisie par Didier Poiteaux est celle de la simplicité, de la clarté, de la sincérité. Il se présente en tant que comédien, il explique sa présence. Il commence en délicatesse en référence à des cas témoins avec qui il a eu des échanges.

Sur le plateau, comme dans les salles de réunion où se retrouvent des groupes de parole, des chaises sont alignées le long du lointain et des coulisses. Le comédien parle sur le ton de la conversation, un peu aussi à la façon d'un conférencier qui maîtrise bien son sujet. Il sera d'ailleurs très scientifique. Il explicite le mécanisme qui transmet au cerveau les signaux envoyés par l'alcool.

Là, la démarche s'insère pleinement dans le processus théâtral. Afin de rendre limpides ses informations, il a disposé des chaises autrement, leur a donné le statut de neurones et visualise dans l'espace le cheminement du poison. C'est une évidence, une perception cognitive immédiate.

 

 

L'acool, pas cool

Lorsqu'il emprunte la parole d'un alcoolique, Didier Poiteaux ne force pas le trait. Indiquant que le discours n'est plus le sien, il change le débit et la modulation de sa voix ; il modifie une attitude corporelle et quelques gestes. De la sorte, il s'interdit toute caricature dégradante et conserve la justesse des phrases prononcées. Il est, à titre provisoire, en train de se mettre véritablement à la place du locuteur qui se raconte.

Pour colorer son discours, il est accompagné, en discrétion précieuse, par la guitare basse d'Alice Van de Veerne qui crée des atmosphères minimales, sans émotivité superflue, des touches sonores poétiques. Le spectacle se poursuit de la sorte : une description des démarches accomplies ; des notations sur des rencontres, des souvenirs personnels familiaux ou autres, des témoignages rapportés. Ainsi se révèlent les difficultés à guérir de cette maladie, le déni inhérent à la situation particulière des patients, le poids social et sociétal sur les causes et les conséquences.

La franchise du propos touche la réalité. Elle remet en place les préjugés, réactions négatives, maladresses, inquiétudes. Et, à la fin, le comédien ne fait pas appel à la sensiblerie qui donne l'illusion d'avoir de l'empathie, il termine en suscitant un sentiment profond, palpable dans le silence de l'écoute. Monsieur Poiteaux, merci. Merci, Didier.



Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Huy - Rencontres Théâtre jeune Public Du 19/08/2019 au 20/08/2019 à L 20h Ma 11h30 16h Salle des fêtes IPES Avenue Delchambre Téléphone :  00 32 42 37 28 80 .

Compléter :

Réserver  

Un silence ordinaire

de Didier Poiteaux

Théâtre document à partir de 14 ans Jeune Public
Mise en scène : Olivier Lenel
 
Avec : Didier Poiteaux (comédien), Alice Vande Voorde (musicienne)

Assistanat Julie Marichal
Conseiller dramaturgique Pierre Paul Constant
Décors, costumes Marilyne Grimmer
Musique sonore
Roxane Brunet
Création lumière Pier Gallen
Régie générale Gleb Panteleff

Durée : 1h10 Photo : © Sarah Torrisi  

Production : Inti Théâtre
Coproduction : Centre culturel de Verviers, Centre culturel de Dinant, Pierre de Lune, La COOP asbl Aide : Service du théâtre de la FWB, La COCOF service culture et service Santé, Tax Shelter

Prix :Coup de foudre de la presse aux Rencontres du Théâtre Jeune Public de Huy 2019