Publié le 25 juillet 2019
S'il reste encore trois jours complets pour découvrir les dernières pépites du festival, les premiers bilans de la 54ème édition du Off ont été dévoilés par l'équipe d'Avignon Festival & Cies. Une édition semble-t-il "jeune, joyeuse et sereine".

Pierre Beffeyte et Nikson Pitaqaj (Président et Vice-Président d’AF&C) présentaient jeudi 25 juillet le premier bilan de cette 54ème édition du festival Off. Une édition qui satisfait la dynamique équipe du conseil d'administration de l'association et qui laisse déjà entrevoir des perspectives d'évolution à la fois écologique et pratique pour les prochaines éditions.

Une fréquentation plutôt en hausse

Comme chaque année, les avis sont partagés sur la fréquentation du festival. Certaines compagnies et lieux ont le sentiment que le public n'était pas nombreux au rendez-vous, d'autres au contraire ont fait salle comble et ont l'impression inverse. En l'absence de chiffres officiels, difficile de dire quelle a été la fréquentation réelle des salles.

Quelques pistes semblent pourtant indiquer que la fréquentation a été satisfaisante. Le chiffre des cartes d'abonnement public tout d'abord : un peu plus de 64 000 cartes vendues au 25 juillet contre 63 000 en 2017 et 62 800 en 2018. Une progression d'un peu moins de 2% qui parait corroborer l'impression des commerçants d'une année "pas pire que les autres".

Ces incertitudes sur les chiffres réels de fréquentations devraient prochainement disparaitre puisqu'à partir de 2020, tous les lieux de spectacle vivant devront faire remonter les données de billetterie au ministère de la Culture. L'obligation, déjà effective pour les théâtres publics, pourra donc peut-être permettre un décompte réel de la fréquentation du festival en toute objectivité.

Cela permettra aussi, peut-être, de tordre le cou aux rumeurs récurrentes et infondées selon lesquelles des compagnies auraient du abandonner le festival en cours de route, faute de public. Une rumeur savamment démontée par nos collègues de La Provence cette année mais qui a pourtant la vie dure...

Un avenir écolo et numérique

Au delà de la question du nombre de festivalier, se pose celle du nombre de spectacles et par voie de conséquence, de celui des affiches qui couvrent murs et pavés de la ville. "L'enjeu écologique n'est plus une question" souligne Pierre Beffeyte, "le conseil d'administration d'AF&C a une responsabilité vis à vis de cela et on aura des comptes à rendre". Un festival sans affiche et sans tract ne semble pas forcément encore à l'ordre du jour mais une réflexion sérieuse sur leur limitation et une action rapide sont nécessaires.

Autre perspective d'avenir, le développement du support numérique qui connait déjà un joli succès. La fréquentation du site est en constante augmentation et le nombre de billets vendus sur "ticket off" a doublé par rapport à l'an dernier.

Une augmentation dont les membres du CA d'AF&C se félicitent car non seulement cela facilite l'organisation des festivaliers qui peuvent désormais acheter toutes leurs places, quel que soit le théâtre, en une seule opération mais aussi car 95 centimes de chacun des billets vendus permet d'alimenter le fonds de soutien à la professionnalisation.

En 2019, ce fonds a permis de soutenir 82 structures et 222 artistes, soit 1592 représentations, pour un budget total de près de 220 000€, en hausse de 25% par rapport à 2018.

Un village victime de son succès ?

Enfin, le festival, c'est aussi le "village du off" avec ses modules de formation professionnelle, ses ateliers, mais aussi (et surtout pour les festivaliers) sa restauration sur place et ses concerts tous les soirs à partir de 23h. Des soirées festives très appréciées mais qui continuent à poser quelques soucis organisationnels en raison de cette fréquentation importante.

Reste que ce festival doit continuer à vivre et qu'il doit, pour cela, poursuivre son développement. Auprès des publics jeunes, une action conduite depuis déjà plusieurs années et qui se renforce encore en 2019. Mais aussi dans son rayonnement national et international. Une perspective qui semble bonne puisque non seulement de plus en plus de compagnies étrangères viennent jouer en terre avignonnaise mais également de plus en plus de journalistes étrangers viennent couvrir le festival. Sans distinction aucune entre "In" et Off. Belle vision...



Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre