Publié le 27 octobre 2017
À partir d’un époustouflant montage de films hollywoodiens, un doublage en direct qui subvertit l’idéologie néolibérale sous un discours ludique et critique. Le voir et le croire.

Blockbuster, ce terme anglosaxon introduit en fraude dans la langue française, définit une grosse production cinématographique à gros moyens, gros effets et à maigre contenu, maigre imagination. Ce concept sert de base à une réjouissante entreprise de subversion du politiquement correct par Nicolas Ancion et le collectif ‘Mensuel’ en verve débridée.

Il s’agit ici de l’héritage du traitement que les situationnistes de la fin des années 60 appliquèrent au roman-photo sentimental : les paroles que prononcent les protagonistes sont effacées au profit de phrases extraites d’essais socio-politiques marxistes. Le décalage produit alors une distanciation ironique entre le discours convenu d’un scénario et la réflexion politique.

Ce procédé, appliqué à un montage  ahurissant de (tenez-vous bien)1400 séquences puisées dans 160 films hollywoodiens forme finalement un scénario original accumulant les poncifs de réalisations politico-psychologico-dramatico-divertissantes. C’est évidemment drôle au second degré et d’autant plus délectable que dialogues et bande son sont vécus en direct.

En effet, les comédiens, à leur table de bric à brac ou à leurs instruments de musique, interprètent en français les différents rôles projetés sur un écran ; ils bruitent aussi les scènes en usant de procédés propres à ceux qui sonorisent des créations radiophoniques ou des films. Cette conjonction des images de fiction avec des acteurs présents sur scène mais jouant un texte fictionnel renforce les décalages entre ce qui est montré et ce qui est commenté.

Le travail est virtuose. Le message est clair qui démonte le fonctionnement institutionnel des multinationales, qui démontre les arrangements et les magouilles entre dirigeants et politiciens, qui dissèque les stress répandus à tous les niveaux.  De quoi sortir ébranlé d’un spectacle qui finit sur une mise en cause de la salle, impressionnante, quasi apocalyptique après un générique de fin où les mots prennent tous leurs sens appliqués aux mécanismes socio-économiques actuels.



Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Tournai - Belgique Du 23/10/2017 au 24/10/2017 à 20h Maison de la Culture Esplanade George Grard, boulevard des Frères Rimbaut, 7500 Tournai Téléphone : +32 (0)69 25 30 80. Site du théâtre Réserver   Ath - Belgique Le 09/11/2017 à 20h Le Palace Grand-Place Téléphone : 00 32 (0)68 269 999. Site du théâtre Réserver  

Blockbuster

de Nicolas Ancion + Collectif Mensuel

Théâtre
Mise en scène : Collectif Mensuel
 
Avec : Sandrine Bergot, Quentin Halloy, Baptiste Isaia, Philippe Lecrenier, Renaud Riga

Conception Collectif Mensuel
Assistanat  Edith Bertholet :
Vidéo, montage  Juliette Achard
Scénographie  Claudine Maus
Création éclairage, direction technique  Manu Deck
Régie vidéo, lumières  Lionel Malherbe
Créateur sonore   Matthew Higuet
Régie son  Johann Spitz
Coach bruitage   Céline Bernard
Construction des décors  Ateliers du Théâtre de Liège

Photo : © Dominique Houcmant - Goldo  

Création  Collectif Mensuel
Production  Cie Pi 3,14
Coproduction  Théâtre de Liège, Théâtre National / Bruxelles.
Aide  Fédération Wallonie-Bruxelles / Service Théâtre.
Partenariat Arsenic 2.

Lire : Nicolas Ancion, "Invisibles et remuants", Bruxelles, maelstrÖm reEvolution, 2015

Comparer : autres réalisations incluant des bruitages à vue :

            http://www.ruedutheatre.eu/article/3380/piletta-remix/

            http://www.ruedutheatre.eu/article/3613/blanche-neige-et-le-mur-de-berlin/

            http://www.ruedutheatre.eu/article/3605/udo-completement-a-l-est/