Point cardinal
Cécile STROUK Paris
Contact
Publié le 9 octobre 2020
Hier, sur la scène du théâtre de Belleville, quelque chose de fort s’est passé. Une communion entre l’attention suspendue du public, et la présence d’un comédien habité. Autour d’un sujet peu banal porté par un texte élégant, organique. Et qui touche à l’universel. Une histoire transgenre, oui. Mais surtout, une histoire de courage.

Salle comble, plongée dans la pénombre. Scène solitaire, baignée de lumières tamisées. Solitaire, à l’exception de ces deux mollets à talons, que l’on perçoit derrière un drap accroché au ciel. Lentement, les mollets se déchaussent, au rythme d'une voix off masculine qui narre les prémices d'une histoire. Son histoire. Celle de sa transition.

Ombre

Laurent mène, en apparence, une existence ordinaire. Marié à Solange, il est père de deux enfants en âge d'être chahutés par leurs hormones. Chaque jour, il les accompagne à 7h43 à l’école puis se rend, immuablement, à sa même place de bureau. Ça, c’est la figure que Laurent présente à la société. En pleine performation du genre qu’il est censé incarner : l'homme. Sa vraie figure, il la cache, s'autorisant à la vivre quelques heures, le samedi soir. Au cours d’interstices éphémères, presqu'irréels.

Sa cachette, c’est le Zanzibar, espace de tous les possibles où il retrouve Cynthia, une transgenre exubérante, assumée. C’est là que Mathilda surgit, maquillée, enrobée, libre, joyeuse, enivrée. Sous les traits d’un Laurent hors du temp. Succède à cette parenthèse divine, le retour à la réalité. À la mascarade qu’il joue depuis tant d’années. Lui, soudain en pull, en jean, en mari, en père de famille. Ciselé dans le mensonge qu’il s’est construit. Jusqu’au débordement irréversible. La découverte, l’incompréhension, le psy, le diagnostic, le rejet, la transformation, les hormones, le jusqu’au-boutisme.

Lumière

D’une extrême délicatesse, ce monologue intérieur, qui oscille entre narration intime et temps présent, est extrait du roman « Point Cardinal », de Léonor de Récondo. Un livre poignant, qui a la force de traiter un sujet complexe avec un naturel déconcertant. Derrière la problématique du genre, il est en réalité question d’émotions parfaitement universelles : vivre la différence, s’accepter tel que l’on est, s’unifier, s’assumer. Qui que l’on soit. C’est un ouvrage destiné au grand public, suffisamment doux pour ne pas choquer ou brusquer, suffisamment subversif pour bouleverser les croyances. Une juste mesure que la pièce retrouve. Ni virulente, ni plate. L’effet d’une griffure.

Monologues du genre

Unité

Pour interpréter cette confusion des genres, Sébastien Desjours, éloquent dans ce seul en scène. Discret, présent, charismatique, timide, rétracté, apeuré. Fière. Le comédien explore avec raffinement les tourments intérieurs qui le traversent dans cette période si vertigineuse de l’acceptation de soi. Et au coeur d'un espace savamment pensé. Un drap donc, central, sur lequel se projette une silhouette sans genre ; des néons vifs posés à même le sol qui encadrent la vraie scène. Celle où il s’enferme : un petit coin de gravats parfaitement agencés sur lequel est posée une chaise.

Au départ recroquevillé dans cette prison, il se permet peu à peu des déplacements, qui destructurent la forme des graviers. La chaise auussi se déplace, hors du cadre. Là où il peut exister autrement. Dans une unité sereine entre Laurent et Mathilda. Une unité qui porte un nom : Laurene.

Dans la salle ce soir-là, est discrètement tapie l’autrice, Léonor de Récondo. C’est au moment de la salve d’applaudissements qu’elle fait une brève apparition sur scène pour féliciter le comédien, ému aux larmes par la réaction vibrante du public. Un moment furtif qui incarne à lui seul l'élégance éclatante de cette pièce.

Paris Du 07/10/2020 au 30/12/2020 Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris Téléphone : 0148067234. Site du théâtre  

Point cardinal

de Léonor de Récondo

Théâtre
Mise en scène : Sébastien Desjours
 
Avec : Sébastien Desjours

Collaboration artistique : Claire Chastel et Bénédicte Rochas

Scénographie et costumes : Anne Lezervant

Collaboration à la scénographie : Quentin Paulhiac

Lumières & création musicale : Olivier Maignan

Création son : Gildas Mercier

Durée : 1h05 Photo : © Jules Audry

Lire : Leonor de Récondo, Point cardinal, Paris, Sabine Wespieser, 2017, 232p. (prix du roman des Etudiants France Culture Télérama)