Cent mètres papillon
Cécile STROUK Paris
Contact
Publié le 8 octobre 2020
Plongée au cœur de l’eau. Une eau chlorée qui fait des bulles, des sons, qui éprouve et exalte. Dans un récit intimiste. Celui de Larie, un nageur en quête de vertige qui va finalement perdre le courant.

Larie, c’est en fait l’avatar de Maxime Taffanel. Un ancien nageur de haut niveau reconverti en comédien qui a choisi de se mettre en scène, seul, pour raconter sa vie si particulière de grand sportif. Une vie tout entière absorbée par la compétition, la victoire, le sacrifice, le dépassement de soi. La perte de soi aussi, quand ça va trop loin.

« Toute une préparation annuelle, à me lever chaque jour à 5h00 du matin, pour une seule course : les championnats de France. » Maxime Taffanel évoque cette rudesse lorsqu’il interprète ce coach au langage fleuri qui, implacable, pousse ses élèves dans leurs derniers tranchements. Quitte à leur couper le souffle.

Cent mètres papillon, c’est vraiment l’histoire de la performance dans ce qu’elle a de plus délirant. La performance, à tout prix. Sinon, le néant. Maxime Taffanel déploie ses ailes pour brasser l’air de toute la scène du théâtre de Belleville. Une fois, deux fois, mille fois, comme un automate éperdu. Avec une grâce chorégraphique, il nage la brasse à 40 battements par minute, le crawl à 70 battements par minute et le papillon à 80 battements par minute, dans un survêtement que, parfois, il laisse tomber pour découvrir un corps sculpté par l’effort.

Danse avec les bulles

En actes et en voix

Suant sang et eaux, il tord à l’envi son visage pour incarner une galerie de personnages aux expressions faciales monstrueuses, presque caricaturales : coach, coéquipiers, journalistes sportifs, lui-même. Il parle, et fort, d’une voix gutturale qui tonne dans le silence de la salle.

Il inspire, il respire, de moult fois. Urgence à reprendre sa respiration pour ne pas couler. C’est dense, bien que parfois bruyant, théâtral. Trop démonstratif. On aurait aimé sentir davantage ce flottement suspendu, ce silence sonore si fascinant d'un corps sous l'eau.

Cent mètres papillon a le mérite de nous donner à voir, dans son onirisme autant que dans sa cruauté, le milieu (ses codes et ses rituels) finalement assez méconnu de la natation à haut niveau.

Paris Du 07/10/2020 au 28/11/2020 Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris Téléphone : 0148067234. Site du théâtre

Tournée 2020-2021

15 novembre 2020. Saint-Georges de Mons (63)

17 novembre 2020. Saint-Jen-de-Braye (45)

2 décembre 2020. Cachan (94)

5 décembre 2020. Saint-Eloy-les-Mines (63)

7 & 8 décembre 20220. Epinal (88)

21 janvier 2021. Annecy (74)

224 janvier 2021. Hazebrouck (59)

1er et 2 février 2021. Saint-Quentin (02)

5 mars 2021. La Teste de Bush (33)

13 mars 2021. Kembs (68)

19 & 20 mars 2021. Rolle (Suisse)

2 ou 9 avril 2021. Font-Romeu (66)

6 & 7 avril 2020. Théâtre de Nîmes (30)

7 mai 2021. Crolles (38)

4 juin 2021. Brinon sur Beuvron (58)

 

Cent mètres papillon

de Maxime Taffanel

Théâtre
Mise en scène : Nelly Pulicani
 
Avec : Maxime Taffanel

Création musicale : Maxence Vandevelde

Lumière : Pascal Noël

Conseils costumes : Esla Bourdin

Durée : 1h00 Photo : © Romain Capelle