Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 12 avril 2019
A la Scala, reprise de la mise en scène par Macha Makeïeff de «Trissotin ou Les femmes savantes», de Molière. Avec son cortège bigarré d’extravagant(e)s enfermé(e)s dans leurs lubies replacés dans les folles années 70.

Extravagants, tous plus frappés les uns que les autres, hommes et femmes confondus ! En replaçant Trissotin ou Les femmes savantes dans les années hippies Macha Makeïeff dégoupille le côté explosif de la pièce, en fait une collection de cinglés. Quitte à forcer parfois le trait. Comme le personnage de Trissotin, sorte de gourou new age excessivement maniéré, insupportable de fatuité (Geoffroy Rondeau). Tout en respectant scrupuleusement les alexandrins rimés de Molière, impeccablement dits par les acteurs, le spectacle, bien rodé, créé en 2015 à la Criée de Marseille qu’elle dirige, est entrecoupé d’airs de musique pop joués et chantés par les comédiens et prend des allures de nef des fous. 

Tout fleure bon les seventies, des lumières de Jean Bellorini aux costumes (minirobes, salopettes, talons compensés…) en passant par les décors très colorés, étagés sur deux niveaux, qui rendent fluides la circulation des (nombreux) protagonistes de cette pièce à thèse sur l’émancipation forcenée des femmes. La direction d’acteurs, millimétrée, enferme chacun dans son monde propre mais la lubie est parfois partagée.

Ainsi le goût pour le beau langage (héritage de leurs aînées des Précieuses ridicules) et la passion pour la  science, avec expériences d’apprenties-chimistes désopilantes, qu’éprouvent trois femmes de la maisonnée : Philaminte (pétulante Marie-Armelle Deguy), la maîtresse qui prétend tout régenter; sa fille ainée, Armande, qui néglige la cour de Clitandre et se le fait souffler par sa jeune sœur, Henriette, qui a, elle, la tête sur les épaules, enfin la belle-sœur, Bélise (savoureuse Jeanne-Marie Levy, dotée d’un beau brin de voix), vielle fille qui s’imagine que tous les hommes en pincent pour elle. Pris en tenaille entre ces furies avides de beaux esprits, l’honnête homme, vieil idéal de Molière, incarné par le père de famille, Chrysale (débonnaire Vincent Winterhalter), tente désespérément d’imposer un juste équilibre.

Torts partagés

Les tournures misogynes - l’éloge de la femme au foyer notamment - que prend parfois le texte de cette avant-dernière pièce Molière (1672) sont ici quelque peu gommées en renvoyant dos à dos hommes et femmes dans leurs lubies respectives. Si bien que, au final les torts sont partagés. Mais la mise en scène n’en dégage pas moins des temps forts, des scènes très tendues à travers lesquelles Molière règle ses comptes avec les pédants, ses contemporains qui jalousent son talent et son succès. Telle l’empoignade verbale cinglante (et saignante) entre Clitandre, le prétendant d’Henriette, et Trissotin, duellistes féroces qui combattent pied à pied. Ou encore l’affrontement entre les deux cuistres, Vadius et Trissotin, lancés dans une joute verbale aussi vicieuse que vaine.

Trissotin ou Les femmes savantes
Paris Du 10/04/2019 au 10/05/2019 à 21h La Scala 13 boulevard de Strasbourg 75010 Téléphone : 01 40 03 44 30. Site du théâtre

Les dimanches à 15h

Réserver  

Trissotin ou Les femmes savantes

de Molière

Théâtre
Mise en scène : Macha Makeïeff
 
Avec : Vincent Winterhalter, Marie-Armelle Deguy, Arthur Igual/Philippe Fenwick, Caroline Espargilière, Vanessa Fonte, Geoffroy Rondeau, Jeanne-Marie Levy/Anna Steiger, Ivan Ludlow, Pascal Ternisien, Karyll Elgrichi/Louise Rebillaud, Valentin Johner, Bertrand Poncet.

Lumières : Jean Bellorini assisté d’Olivier Tisseyre
Son : Xavier Jacquot
Coiffures et maquillage : Cécile Kretschmar assistée de Judith Scotto
Arrangements musicaux : Macha Makeïeff, Jean Bellorini
Assistants à la mise en scène : Gaëlle Hermant, Camille de la Guillonnière
Assistante à la scénographie et accessoires : Margot Clavières
Construction d’accessoires :
Patrice Ynesta
Assistante aux costumes : Claudine Crauland
Régisseur général : André Neri
Iconographe : Guillaume Cassar
Diction : Valérie Bezançon
Fabrication du décor : Atelier Mekane

Durée : 2h15 Photo : © Loll Willems