Le Livre de la Jungle
Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 6 mai 2018
La plupart des spectateurs ont en tête l'image du héros central, Mowgli vu par Disney, le "petit d'homme" aussi connu que son grand frère de la jungle, Tarzan. Le voici bien vivant, dans une adaptation théâtrale originale et inventive qui n'a plus rien à voir avec le dessin animé.

Faut-il rappeler l'histoire de cet enfant sauvage perdu dans la jungle birmane, recueilli et élevé par une meute de loups ? On y verra un parcours initiatique ou celui d'un enfant qui restera inadapté puisque, après un court séjour parmi les siens, il retournera vivre en solitaire dans la jungle. Mais la Loi de la Jungle qu'enseigne Baloo l'ours brun serait-elle plus cruelle que la Loi des Humains ?

Outre Mowgli, les noms de Baloo, de Bagheera, d'Akela, de Shere Khhan ou de Kaa sont familiers et les comédiens qui les incarnent sont porteurs de masques, maquillages (Geneviève Périat, Florence Jasselette) et tenues (Chandra Vellut) des plus réalistes. Dans une co-mise en scène dynamique de Thierry Debroux et Daphné D'heur, une scénographie de Catherine Cosme et la lumière de Philippe Catalano, dix actrices et acteurs chantent et dansent dans un ou plusieurs rôles.

Certains ont aussi occupé une autre fonction: Daphné D'heur, la mise en scène, Philippe Tasquin la partie musicale... et il faut souligner le jeu des enfants, naturel par bonheur, qu'il s'agisse de Mowgli (trois enfants en alternance), des louveteaux ou des singes (idem).  

Il s'agit ici d'une adaptation tout à fait personnelle d'une histoire parmi les plus connues de la littérature dite "pour la jeunesse", un classique du roman d'aventures: "The Jungle Book" de Rudyard Kipling (1865-1936) à l'origine paru en deux volumes:"Le Livre de la Jungle" et "Le second livre de la Jungle". Lui qui se disait "anglo-indien" a parcouru les routes de l'Inde puisant là son inspiration pour ses nombreuses nouvelles et ses récits plus étoffés.

A une oeuvre monumentale qui raconte dans sa plus grosse partie "l'Histoire de Mowgli" (parmi d'autres qui se passent dans la jungle) l'adaptateur Thierry Debroux a donc ajouté beaucoup de son cru.
Le point de départ d'abord: un souvenir d'enfance personnel.

Pour le détailler et le représenter sur scène il y a un Narrateur/Gaëtan Wenders et un personnage-témoin, Madame Christine/Anne-Marie Cappeliez, d'un petit fait qui aurait pu être banal mais qui fut un"élément déclencheur. Ce sera l'occasion de mettre le conte en perspective de l'histoire vraie, celle d'une institutrice et d'un enfant qui eut grâce à son rôle (et son impro rigolote) dans le spectacle de fin d'année de sa classe de 3ème maternelle, la révélation de sa destinée d'homme de théâtre...

Mais Debroux ne se contente pas de cette intro tendre et un brin nostalgique, il propose deux histoires en parallèle. On reverra encore Madame Christine de temps à autre s'affairant aux préparatifs de la fête scolaire comme un fil conducteur annonçant les séquences... Un moyen subtil de rendre le spectacle parfaitement accessible aux plus jeunes (dès 5 ans) tout en ne négligeant pas le propos humaniste du fond, les traits d'humour et les anachronismes qui feront sourire les adultes.

Le pari intergénérationnel et contemporain

Dans "la bonbonnière" de ce vénérable théâtre, on assiste depuis quelques années à une redécouverte des moyens simples du théâtre vivant, des moyens qui appellent la créativité, l'imagination de ces nobles artisans qui imaginent, construisent, peignent décors et machineries. Le public blasé d'aujourd'hui en reste émerveillé...
 
Le texte de Kipling incluait de nombreuses chansons-poèmes ; le compositeur Philippe Tasquin en invente de nouvelles sur lesquelles Antoine Guillaume a imaginé de véritables chorégraphies, des dialogues sont chantés, et il fait plus car il s'agit d'un "conte musical", et tous ces moments mmusicaux sont d'une facture tout à fait originale.

Philippe Tasquin n'en est pas à un  coup d'essai dans le genre; outre des musiques de films, il a déjà assuré celles de revues et comédies. Ce grand amateur de mixage de styles musicaux, est chanteur multilingue, ou ici comédien (Kaa le python), chef de petites formations.... un véritable homme-orchestre.

Sollicitant la vue et l'ouïe et grâce à des acteurs en-chanteurs, voilà encore un de ces "grands spectacles tout public" dont le théâtre du Parc s'est fait une spécialité. Pari réussi.

Bruxelles - Belgique Du 19/04/2018 au 19/05/2018 à Du Ma au Sa: 20h15 sauf le Di: 15h Théâtre royal du Parc 3 rue de la Loi, Bruxelles Téléphone : +32(0)2.505.30.30. Site du théâtre Réserver  

Le Livre de la Jungle

de Rudyard Kipling

Conte musical Théâtre
Mise en scène : Thierry Debroux, Daphné D’Heur
 
Avec : Jolijn Antonissen, Pierre Bodson, Anne-Marie Cappeliez, Didier Colfs,Emmanuel Dell’Erba, Daphné D’Heur, Fabian Finkels, Antoine Guillaume, Philippe Tasquin, Gaëtan Wenders - Mowgli, en alternance: Andrei Costa, Dario Delbushaye, Issaïah Fiszman Louveteaux et petits singes, en alternance: Alexandre Andersen, Baptiste Blanpain, Ava Debroux, Arthur Fraboni, Martin Georges, Laetitia Jous, Julia Orenbach, Andrea Schmitz, Ethan Verheyden

Adaptation : Thierry Debroux, Philippe Tasquin
Assistanat: Gauthier Bourgeois
Musique, arrangements, orchestrations, direction musicale: Philippe Tasquin
Scénographie : Catherine Cosme
Création, confection des masques : Geneviève Périat - Confection des masques, maquillage: Florence Jasselette - Stagiaire: Clémence Chiavetta 
Création des costumes: Chandra Vellut - Confection des costumes: Chloé Dilasser, Anne Guilleray, Laure Norrenberg, Béa Pendesini, Chandra Vellut
Création des lumières: Philippe Catalano
Création des vidéos: Allan Beurms
Ingénieur son: Marco Gudanski
Coach des chœurs: Pierre Bodson
Chorégraphie: Antoine Guillaume
Peinture, sculpture du décor: Aline Claus, Isis Hauben - Peinture: Justine Mauroit, Saïd Abitar
Coach claquettes: Joëlle Ribant - Combat bâtons: Emilie Guillaume - Travail corporel: Isabelle Beirens
Couture du ballon: Mathilde Ferry, Catherine Van Assche, Justine Drabs - Soudures: Grégory de Schaetzen
Direction technique: Gérard Verhulpen - Régie générale: Cécile Vannieuwerburgh - Régie: David Lempereur - Régie lumière: Noé Francq - Régie son: Loïc Magotteaux - Régie plateau: Romain Mauvais - Accessoiriste: Zouheir Farroukh - Habilleuse: Gwendoline Rose - Menuisiers: Yahia Azzaydi, Patrick Cautaert, Lucas Vandermotten

Durée : 2h (entracte compris) Photo : © Zvonock  

Création: Théâtre Royal du Parc, Bruxelles
Coproduction: La Coop asbl
Soutiens: Sheltprod, Taxshelter.be/ING/Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge / Echevinat de la Culture de la Ville de Bruxelles/Fédération Wallonie-Bruxelles

Depuis sa première traduction en français (Mercure de France, 1899) l'oeuvre "sans âge", a connu une nombre impressionnant de parutions, bien souvent illustrées ("Folio Junior", "Gallimard 1000 soleils", dont le splendide album "Signe de Piste" illustré par Pierre Joubert, entre autres !)