Les Dents du peigne
Karine PROST Avignon
Contact
Publié le 18 juillet 2019
La raison du plus fort est-elle bien la meilleure ? La violence peut-elle être légitime quand on s'oppose au bourreau ? "Les Dents du peigne" ne prétend pas répondre à ces questions mais les soulève avec subtilité. Et nous invite à y réfléchir.

Une tour de vigie aux vitres brisées. Comme ouverte à tous les vents. Ceux de l'obscurantisme comme ceux de la révolte. Une tour de vigie et trois personnages. Leïla, Simon et Majnoun. Trois destins brisés qui s'efforcent de trouver un espoir auquel s'accrocher. Trois habitants d'une même île, coincée entre "le Continent" et "L'Autre Rive". Une terre où s'échouent le corps de migrants blancs, partis à la recherche d'une liberté rêvée. Un entre-deux monde dans lequel se côtoient pourtant plus de drames que de rêves. Coincés dans leurs faiblesses, leurs remords, leur rancoeur, les personnages semblent écartelés entre idéaux et sordide du quotidien. Tous différents. Tous semblables pourtant.

Leur huis clos invite le public à s'interroger sur l'importance de nos choix, sur l'écart que chacun met inévitablement entre ses convictions et ses actes. Sur nos valeurs, nos doutes et nos compromissions. Des interrogations qui restent en suspens. Chacun pouvant (devant ?) en tirer les enseignements qu'il souhaite.

L'ensemble est présenté sans manichéisme simpliste et est porté par une superbe distribution. Lina Lamara est éblouissante dans le rôle de Leïla, femme soumise par obligation mais pleine de passion, de vie, d'envies. Elle incarne avec tour à tour force et fragilité le lien entre deux hommes que tout oppose : Simon (Alain Leclerc), intellectuel tourmenté de ne pas avoir su vivre à la hauteur de ses principes et Majnoun (Marc Van Weymeersch), acculé par le ressentiment et une lecture très personnelle du "Grand Livre" à une vie de violence. Leurs face-à-face seront tantôt abrupts, tantôt appaisés. Jamais serein.

Seul petit bémol, la mise en scène peut paraitre parfois inégale. Valérie Lesage met fort habilement en scène les flash-backs nombreux au cours de la pièce et dessine avec à propos les lieux et les espaces. Mais sa mise en scène est un peu moins fluide en toute fin de spectacle. Laissant une impression de scènes entrecoupées de manière un peu hâtive et fragmentée.

Avignon - Avignon Off Du 05/07/2019 au 28/07/2019 à 17h30 Théâtre La Luna 1 rue Séverine 84000 Avignon Téléphone : 04 90 86 96 28. Site du théâtre

Relâche le 18 et le 25 juillet

 

Les Dents du peigne

de Stéphane Titeca

Théâtre
Mise en scène : Valerie Lesage
 
Avec : Lina Lamara, Alain Leclerc, Marc Vanweymeersch
Photo : © DR