Karine PROST Avignon
Contact
Publié le 12 juillet 2019
Après avoir exposé, avec malice, la quête de son identité dans ses précédents spectacles, Trinidad semble avoir enfin trouvé qui elle est. Force est, désormais, d'apprendre à s'accepter telle quelle. Une habile occasion de nous offrir une leçon d'estime de soi. Bien construite mais parfois un peu docte...

Une nuit d'orage. Un faisceau de torche perce l'obscurité. Des dialogues de films emplissent l'espace... Ambiance polar garantie. Et soudain, la lumière baigne le plateau. Toute de paillettes vêtue, Trinidad égrène ses idoles. Depuis celles qu'elle avait enfant jusqu'à celles qui inspirèrent l'adulte qu'elle est devenue. De Françoise Dorléac à Héléna Rubinstein en passant par Wonder Woman.

Trinidad dresse ainsi toute une galerie de portraits de femmes qui ont marqué son chemin de vie. Des femmes qui l'ont inspirée, longtemps. Jusqu'à ce qu'elle réalise que l'essentiel est de devenir "soi". 

Mais pour raconter le périple de la petite fille qui rêvait de devenir son héroïne du moment à la femme épanouie qu'elle est devenue, Trinidad prend des chemins de traverses. Histoire de rendre hommage à toutes celles qui l'ont précédée et qui ont permis à chacune, aujourd'hui, d'être celle qu'elle désire. Ou celle qu'elle est.

Comme à son habitude, Trinidad agrémente ses histoires de quelques pas de danse, de chansons, en live ou en play-back, d'accents en tout genre et de jonglage de mots. L'ensemble est plaisant, souvent drôle. Mais manque un peu du piquant et du grain de folie qu'on lui connaissait.

Pour que tu t'aimes encore
Avignon - Avignon Off Du 05/07/2019 au 28/07/2019 à 13h45 - relâchee le lundi Théâtre de l'Etincelle 14, place des Etudes 84000 Avignon Téléphone : 33 (0)4 90 85 43 91 .   Paris Du 16/09/2019 au 06/01/2020 à Tous les lundis à 21h00 Comédie Bastille 5 rue Nicolas Appert, 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 52 07. Site du théâtre  

Pour que tu t'aimes encore

de Trinidad

Humour  
Avec : Trinidad

Gil Galliot, Dalia Bonnet

Durée : 1h10 Photo : © Jean Paul Bazin