Michel VOITURIER Lille
Contact
Publié le 14 juin 2019
B. Traven est un écrivain qui a véritablement existé (1882-1969). Il a publié un certain nombre d’ouvrages et surtout multiplié les noms d’emprunt. Cette identité rendue presque anonyme par sa diversité a inspiré Sonntag et sa troupe au point de devenir une sorte de fresque mondiale où s’entremêlent fiction et réalité.

Cela fait assez longtemps que les écrivains et les cinéastes sont fascinés par les personnages qui entretiennent le mystère autour de leur vie et de leur travail. C’est évidemment une matière génératrice que les existences multiples d’un individu endossant des identités variables, se coulant dans la peau de gens hétéroclites, de personnalités à comportements instables, capables de manier avec dextérité vérités et mensonges. D’autant plus lorsqu’il est question d’un être dont la fonction principale est de produire de la fiction en tant que romancier ou scénariste.

Le pari posé par ce spectacle était hasardeux tant la biographie (du moins celle qui est connue) était foisonnante d’épisodes, de métiers, de contrées, d’engagements militants, d’hypothèses aussi farfelues qu’interpellantes. La forme est celle du fragment. Les protagonistes changent, les décors aussi, la chronologie également. Le spectateur est emmené à gauche et à droite, en Europe et en Amérique.

Heureusement, il y a les surtitres ou une voix off pour donner des indications permettant, sans perdre le(s) fil(s) à travers d’incessants sauts spatio-temporels très cinématographiques. Le cinéma (le roman de Traven « Le trésor de la Sierra Madre » a été mis en scène adapté par Hollywood) est récurrent à travers des vidéos, des allusions, des analogies entre des fictions et des événements historiques.

Les aléas des alias

Une fresque spectaculaire et politique

Les décors sont composés d’éléments réels mais aussi de projections. Les costumes et les maquillages, parfois les masques, sont des repères parmi toutes les pistes brouillées qui se succèdent en un rythme plutôt galopant de changements à vue d’une fluidité de fondus enchaînés. Les intervenants incarnent une foultitude de rôles dont certains, comme Trotsky ou Rosa Luxembourg, sont de véritables citoyens historiques dont les biographies sont connues.

Indubitablement, les comédiens ont pris un plaisir à multiplier les interprétations. Ils passent, selon la méthode Traven, d’une identité à une autre avec la même énergie que celle qui nourrit un spectacle assez long. Il brasse en effet des événements politiques souvent reliés à des contestations plus ou moins réprimées ou écrasées par les régimes en place, qu’il s’agisse du maccartisme étasunien ou de révoltes sanglantes à travers la planète.

Ce parcours un peu fou qui relève de l’enquêté policière ou du journalisme d’investigation ne connait guère de baisse de rythme d’autant que les acteurs se révèlent tous excellents corporellement, vocalement et nuancés dans des interprétations qui zig-zaguent entre la farce et le drame, la comédie et la critique socio-politique.

B. Traven
Lille Du 04/06/2019 au 06/06/2019 à 19h Théâtre du Nord 4, Place du Général de Gaulle Téléphone : 03 20 14 24 24. Site du théâtre Réserver  

B. Traven

de Frédéric Sonntag

Théâtre
Mise en scène : Frédéric Sonntag
 
Avec : Simon Bellouard, Julien Breda, Romain Darrieu, Amandine Dewasmes, Florent Guyot, Sabine, Moindrot, Malou Rivoallan, Fleur Sulmont, Paul Levis, Gonzague Octaville et la participation de Philippe Canales

Création vidéo Thomas Rathier
création musicale Paul Levis
création lumière Manuel Desfeux
scénographie Marc Lainé
accessoiriste Mathilde Apert
costumes Hanna Sjödin
maquillage et coiffure Pauline Bry
assistanat à la mise en scène Leslie Menahem

Durée : 2h40 Photo : © Gaelic.fr  

Production : Cie AsaNIsiMAsa (2018)
Coproduction, résidence : SN61 (Alençon, Flers, Mortagne-au-Perche) ; Le grand R ( La Roche-sur-Yon) ; Le Nouveau Théâtre (Montreuil)
Soutien en résidence: La Ferme du Buisson (Marne-la-Vallée) ; Le POC (Alfortville) ; Théâtre Ouvert, Centre National des Dramaturgies Contemporaines.
Financement : Région Ile-de-France.
Soutien: SPEDIDAM, FIJAD (Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques), DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Fonds d’insertion de L’éstba  (financé par la Région Nouvelle-Aquitaine)
participation artistique : Jeune Théâtre National,
Association :Cie AsaNIsiMAsa, Grand R (La Roche-sur-Yon) ; Nouveau Théâtre (Montreuil); l’Apostrophe (Cergy-Pontoise & Val d’Oise) ; collectif d’artistes « Les Intrépides » de la SN61 (Alençon, Flers, Mortagne-au-Perche)

Conventionnement : DRAC Île-de-France et Région Ile-de-France (aide à la permanence artistique et culturelle)

Collaboration : Bureau Formart

Lire : Frédréc Sonntag, B. Traven, Montreuil-sous-Bois, Théâtrales, 2018, 142 p.