Michel VOITURIER Charleroi
Contact
Publié le 14 février 2019
Rendre compte de son vécu de fille élevée comme un garçon et qui doit lutter pour être accepté(e) lesbienne est courageux, nécessaire, éclairant.

Afin d’éviter tous les poncifs qu’auraient engendrés une vision purement militante, une confession dramatique, un inventaire d’intimité impudique, une psychanalyse douloureuse, une promotion commerciale ou mercantile, Isabelle Bats a choisi un spectacle métissé. C’est une confession sans concession ni provocation. C’est un document historique sur les rapports entre homosexualité et vie publique. C’est un aperçu mis en scène des potentialités de sa personnalité de comédienne, de chanteuse, d’auteure.

C’est un témoignage qui se situe du côté de l’ouverture d’esprit autant qu’un vrai spectacle théâtral. Il a des aspects mosaïque, dispersé, morcelé. Il est bref non sans éviter de la longueur du répétitif dans la nécessaire mais très étirée séquence de l’inventaire des artistes lesbiennes qui apparurent dans des films.

Les souvenirs d’enfance interrogent par les stéréotypes éducatifs qu’ils véhiculent. La partie consacrée au tennis est dynamique physiquement parlant et signifiante quant à la différence marquée entre champion et championne. L’évocation du militantisme extrême d’Ulrike Meinhof et de la bande à Baader réveille un moment d’histoire des ‘années de plomb’.

Les allusions à une culture pop qui a formé une personnalité se combinent avec le port d’un masque d’escrimeuse ou une tenue de toréador, autres facettes d’un caractère affirmé. Les intervalles musicaux font récréation au milieu des mots dont il aurait été bien qu’ils aient encore à dire lorsque tout s’arrête.

La présence d’un acolyte un peu homme à tout faire, accessoiriste, régisseur, complice, ombre présente comme réconfort, confident, DJ, ajoute une sorte d'équilibre à cette représentation franche, forcément fragile dans ce qui apparaît comme une sincérité assumée. La brève intervention d’un gamin associe l’existence d’une vie prolongée au dehors,  d’une génération en devenir. On en ressort avec le sentiment troublant d’un échange humain, sans doute inachevé, entre un dévoilement et une écoute attentive.

Girl/Fille
Charleroi - Me Myself and I - Belgique Du 06/02/2019 au 09/02/2019 à 20h30 Théâtre de l’Ancre 122 rue de Montigny Téléphone : +32 (0)71.314.079. Site du théâtre Réserver  

Girl/Fille

de Isabelle Bats

Seule-en-scène Théâtre
Mise en scène : Isabelle Bats
 
Avec : Isabelle Bats, Hugo Favier, Basile Bats, Romain Bats

Regard extérieur Cathy Min Jung
Scénographie Christine Grégoire
Création lumière Florence Richard

Durée : 55' Photo : © OLivier Donnet  

Production L’ANCRE - Théâtre Royal
Coproduction MARS – Mons Arts de la Scène / Fondation Mons 2025
Aide La Chartreuse  (Villeneuve-lez-Avignon), La Bellone (Bruxelles)
Soutiens Le Brass, Kunstencentrum BUDA, Centre Culturel Jacques Franck, Théâtre Océan Nord, La Fabrique de Théâtre
Remerciements Cécile Cozzolino