Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 21 décembre 2018
Pour les fêtes, « Azor », comédie musicale loufoque des années trente, est recréée dans une version jazzy-pop à l’Athénée. Un spectacle débridé.

Chaque année, pour les fêtes, l’Athénée nous régale d’une comédie musicale tirée des oubliettes. Le plus souvent servie par la compagnie Les Brigands. Cette fois, c’est « Azor », opérette écrite en 1932, qui est servie sur le plateau sans Les Brigands mais avec leur égérie, Emmanuelle Goizé, une des créatrices de la compagnie Quand on est trois, qui assure la scénographie du spectacle où elle joue, chante et danse comme les deux autres, Gilles Bugeaud Pierre Méchanick 

Comme on sait Azor est un nom de chien, attribué à la comédie musicale et policière écrite en 1932 par Gaston Gabaroche, dont il reste une chanson immortalisée par Arletty : «J'adore ta bobine, Azor, J'adore tes babines, Azor... ».  Mais foin de nostalgie, Emmanuel Bex, organiste et pianiste de jazz, qui assure la direction musicale de cette nouvelle production, adapte l’opérette très marquée entre-deux-guerres à une époque plus proche de nous. Disons plutôt années soixante-dix. Cocktail syncrétique, la musique qui mêle jazz, swing, rumba, hip hop, soul est jouée sur scène par trois instrumentistes : Emmanuel Bex lui-même officie à l’orgue Hammond dont il est spécialiste, entouré d’un batteur et d’un guitariste.

Commissaire crooner

Mais tout le monde, comédiens et musiciens interviennent à un moment ou à un autre dans le spectacle loufoque mis en scène par Stéphan Druet. Deux heures durant se déchaîne une pagaille débordant d’énergie mais pas toujours maitrisée sur la scène de l’Athénée. L’action se situe dans le commissariat d'un (beau) quartier parisien, du côté du bois (de Boulogne) entre villas huppées de Neuilly et bosquets interlopes. En témoigne un plan géant du coin avec ses lignes de transports qui plante le décor.

Bruissant de « poules » tout juste sorties du panier à salade, le bureau de police est tenu d’une main de velours par le commissaire surnommé Azor, un jeunot poète à ses heures aux allures de crooner, coqueluche de ces dames. Mais lui n’a d’yeux que pour une belle inconnue qui se révélera être la fille du ministre de l’intérieur. Bien malgré lui, il va se trouver enrôlé dans la bande de malfrats de Kiki-Le-Frisé, un soir de bal costumé chez le même ministre…

Est-ce l’allergie à l’orgue Hammond ou le désordre criard qui règne sur scène ? On n’a pas vraiment été emballé par cette adaptation musicale. Ni par la transposition, quitte à passer pour incurable nostalgique.

Azor
Paris Du 20/12/2018 au 13/01/2019 à 20h Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet 7 rue Boudreau 75009 Paris Téléphone : 01 53 05 19 19. Site du théâtre Réserver  

Azor

de Gaston Gabaroche

Spectacle musical
Mise en scène : Stéphan Druet
 
Avec : Julien Alluguette, Gilles Bugeaud, Fanny Fourquez, Pauline Gardel, Quentin Gibelin, Emmanuelle Goizé, Estelle Kaique, Pierre Méchanick, Antonin Fresson, Tristan Bex

Direction musicale et arrangements : Emmanuel Bex
Conception : Emmanuelle Goizé, Gilles Bugeaud et Pierre Méchanick
Chorégraphie : Alma de Villalobos
Lumières : Christelle Toussine
Scénographie : Emmanuelle Goizé
Costumes : Denis Evrard

Durée : 2h05 Photo : © DR