Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 23 octobre 2018
Quand le passé fait de cécité et de surdité mentales d'une musicienne, de non-dits et de malentendus entre mère et fille, est convoqué, un homme ne pourra être qu'observateur lucide mais impuissant... Tel était Ingmar Bergman qui a mis beaucoup de lui-même dans ce film, cette pièce, ce défi, brillamment relevé ici.

On sait ce lieu théâtral de faible jauge propice à l'intime. Il l'est particulièrement pour ce spectacle où une habile scénographie permet au spectateur de ressentir toute l'ambiance bergmanienne. N'était la présence importante d'un superbe piano à queue, on se croirait véritablement dans un presbytère austère et isolé de Bindal en la campagne suédoise. Le piano est un personnage dans l'histoire de deux femmes: Eva, la fille/Julie Duroisin et Charlotte, sa mère/Jo Deseure, pianiste de renommée internationale qui ne vit que pour et par son art.
 
Le pasteur protestant époux d'Eva, Viktor/Francesco Mormino, est d'abord un narrateur, expliquant la difficulté d'aimer d'Eva avant que celle-ci lui annonce qu'elle vient d'inviter sa mère à des retrouvailles après sept ans de silence, non pas de rupture, mais d'absence. Ils ont perdu un enfant, noyé, Charlotte vient de perdre un compagnon. Ces malheurs vont-ils rapprocher les deux femmes ?
 
C'est le manque de présence qui va ressurgir, avec le passé, lors d'une nuit d'insomnie pour la mère et la fille. Elles vont s'affronter sans éviter, "les mots qui fâchent"... enfin ! Un jeu très dur, un véritable combat va s'engager qui ne laissera que des perdantes. Deux, trois perdantes car là-haut, Helena/Inès Dubuisson est alitée, sa maladie s'étant aggravée...

On réouvre les plaies...et "c'est le chaos"

Après un accueil chaleureux de part et d'autre, il y eut une première épreuve pour la mère: revoir sa deuxième fille, Helena qui est secourue par Eva... Elle sera forcée de jouer la sollicitude maternelle dont se moquera Eva avec une certaine amertume:"une comédienne avant d'entrer en scène, paniquée mais résolue. Un spectacle magnifique". Charlotte la grande musicienne prendra sa revanche en donnant une leçon de sens musico-artistique à Eva, par sa version au piano d'un prélude de Chopin qui va écraser celle de sa fille.

Ce n'étaient là que préludes à ce qui suivra et qui ne résoudra rien, avec in fine un verdict terrible rendu par la fille mal-aimée : "coupable" pour la mère. Coupable de n'avoir pas su aimer,"n'avoir pas été là", n'avoir pas pu faire passer son rôle de mère-au-foyer avant son désir de vivre son art (ce qui est de mise pour une femme l'est bien moins pour un homme). Seule "circonstance atténuante": cette mère n'aura que reproduit le schéma de ses propres parents (actuellement on les qualifierait de "toxiques"*), incapables de tendresse, incapables d'aimer vraiment.

Grâce à une mise en scène plus suggestive que réaliste et une direction d'acteurs nuancée et juste de Bruno Emsens, deux magnifiques comédiennes -Jo Deseure et Inès Dubuisson- réussissent à faire partager à chaque spectateur subjugué chaque moment, chaque geste ou déplacement, chaque frémissement tout au long de cette grande plongée introspective dans des sentiments humains qui s'avèrent être tragiquement quotidiens...

Sonate d'automne
Bruxelles - Belgique Du 09/09/2018 au 26/10/2018 à Du Ma au Sa: 20H15 Théâtre Le Boson 361, Chaussée de Boondael, 1050 Ixelles/Bruxelles Téléphone : 0471/32 86 87. Site du théâtre

PROLONGATION du 06 au 16/11/2018

Réserver  

Sonate d'automne

de Ingmar Bergman

Théâtre
Mise en scène : Bruno Emsens
 
Avec : Jo Deseure, Julie Duroisin, Francesco Mormino et la participation d'Inès Dubuisson

Traduction française: Carl Bjurström et Lucie Guillevic
Scénographie: Vincent Bresmal
Création sonore: Sébastien Fernandez 
Création lumière: Renaud Ceulemans 
Création images (vidéo): Sylvain Dufayard - Création sonore (vidéo): Quentin Jacques 
Coiffures: Thierry Pommerell 
Création costumes: Chandra Vellut
Pianiste: Tim Mulleman 
Régie: Show Up!

Durée : 1h40 Photo : © Marianne Grimont  

Création-production: "La compagnie des bosons", Bruxelles (BE)

Le film suédois "Höstsonaten" d'Ingmar Bergman (1918-2007) avec Ingrid Bergman et Liv Ulman est sorti en 1978 et cette année 2018 voit le centenaire de la naissance à Stockholm de l'auteur, metteur en scène, scénariste, réalisateur multi couronné - Texte paru aux © Editions Gallimard
*Lire: "Parents toxiques" de Susan Forward, Marabout, 2005