Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 16 octobre 2018
Revenir vivante de l'horreur, devenir une sur-vivante, et accomplir un "Devoir de mémoire" grâce à un spectacle ? Oui, bien sûr, mais aussi et surtout donner un témoignage tonique, un moment d'écoute pour une rescapée d'un génocide que l'on ne pourra jamais oublier...

Comment expliquer qu'un peuple -celui du Rwanda - qui fit partie des "Royaumes des Grands Lacs" (18ème et 19ème siècles), eux-mêmes ayant appartenu jadis à la "Civilisation de la Lance", soit passé, en fin du 20ème, à cent jours d'un génocide au chiffre de victimes hallucinant : un million de Tutsi, ces Tutsi naguère caste dominante à la riche culture artistique de danse mais aussi de musique...? Pourquoi ces pasteurs paisibles ont-ils été discriminés, puis tués... au nom de quoi ? de qui ?

Esther/Aurore Déon, dans sa cuisine où elle s'active à la confection d'un gâteau, ne se pose plus de ces questions; elle est rescapée du génocide, elle est, comme elle l'affirme: non pas survivante mais vivante, pleinement.

Si elle n'oublie pas le passé douloureux et participe aux "gacaca" (ou tribunaux populaires locaux), elle désire parler du passé des années 60, celui "d'avant"... Esther se souvient alors de sa colline, une parmi "les mille collines" de sa région, de son enfance, de sa famille dont elle est, avec ses filles, la seule à pouvoir parler désormais, "une vie heureuse, en fait, sans ce qui s'est passé". Elle attend ses trois filles et se prépare à la fête d'anniversaire des vingt ans de la plus jeune. 

"Sur ma colline", sous-titré "Rwanda, mais avant? et puis après", ou la résurgence de souvenirs... Certains sont douloureux, certains sont heureux: ce sont ceux d'avant le grand massacre. Esther va revivre tout cela en s'affairant dans une cuisine réduite au minimum par la scénographie épurée de Nabil Boutros: une cuisinière, une table, quelques chaises, une grande pièce de tissu-à-tout-faire, à tout évoquer... C'est le Rwanda d'Esther, c'est sa colline, avec ses moments de fête et de fièvre, d'amour et de haine, de bonheur et d'horreur.  

Au coeur d'un douloureux vécu

"Il importe peu que ce soit l'Europe occidentale dite civilisée, le Liban, le Rwanda prétendu sauvage, l'Arménie, ou Srebrenica, tous les génocides se ressemblent par leur tragique, leur cruauté, mais surtout leur absurdité" disait Anna Zurawskala

Aux quatre procès (à ce jour) en Cour d'Assises à Bruxelles, le climat était lourd, les massacres encore présents, le pardon impossible... et un grand spectacle mémorable, "Rwanda 94", reflétait la tendance à l'effroi*1.

En 2018, le seule-en-scène d'Esther, situé dans un appartement de Bruxelles, apporte un autre ton. C'est la petite histoire après le grand récit historique. Et si le rythme général est inégal, coupé parfois par des moments de calme, c'est pour laisser place à la réflexion du spectateur. La rescapée devient une personne "ordinaire" qui nous fait partager toutes sortes de sensations, admirer sa séculaire "danse de la vache", sa joie de chanter, de vivre enfin, et non pas de survivre, comme elle le proclame.

"SurVivantes" et "La Fleur de Stéphanie" co-écrits par Esther Mujawayo et Souâd Belhaddad*2, ont été adaptés et portés à la scène par Souâd Belhaddad avec pour interprète la très belle et juste Aurore Déon. "Sur ma colline" se veut le plus proche possible d'un public large et rend audible et touchante la parole d'un témoin de premier ordre, le ressenti vrai de "l'Après".

Sur ma colline
Bruxelles (Saint-Gilles) - Belgique Du 02/10/2018 au 03/10/2018 à Mar 02/10: 20h - Me 03/10: 14h Centre Culturel Jacques Franck Chaussée de Waterloo, 94 Téléphone : +32 (0) 2 538 90 20. Site du théâtre

Depuis sa création en 2014, ce spectacle ne cesse, et continue, de "tourner".

Réserver  

Sur ma colline

de Souâd Belhaddad et Esther Mujawayo

Seule-en-Scène Théâtre
Mise en scène : Souâd Belhaddad
 
Avec : Aurore Déon (et Souâd Belhaddad ou Marine Pédeboscq)

Adaptation: Souâd Belhaddad 
Assistanat: Marine Pédeboscq
Montage sonore: Leny Vinceslas
Scénographie: Nabil Boutros
Création lumière:  Nicolas Oubraham
Régie: Simon Renquin (et l'équipe du CC.Jacques Franck)

Durée : 1h30 Photo : © Cie Vivantes  

Création, coproduction: "itinérances asbl" et "Compagnie Vivantes".
Accueil au CC.Jacques Franck, Bruxelles
Administration–Production: Juliette Décarsin et Nabila Belkacem
Soutiens: Coopération au développement Belge (CNT)/Ville de Bruxelles/Confluences/Centre Wallonie Bruxelles à Paris/Fédération Wallonie Bruxelles/Le Tarmac/Mission Locale de Saint Gilles, Bruxelles.
Aide à la création: Centre National du Théâtre

*1 Revoir, à propos de DVD du spectacle Rwanda 94: http://www.ruedutheatre.eu/article/print/2496/?symfony=7e9581676fe4f3d1cd2891199018019c

*2 "Sur ma colline" est une adaptation théâtrale des ouvrages "SurVivantes, Rwanda dix ans après" Ed. Metisspress, 2004, Prix Amadou Kourouma, Prix Vérité, Prix des lecteurs Armorice, Nomination Prix Fémina et "La Fleur de Stéphanie, Rwanda entre déni et réconciliation" Ed. Flammarion, 2006 que Souâd Belhaddad, journaliste et auteure, a co-écrit avec Esther Mujawayo, rescapée du génocide des Tutsi, thérapeute spécialisée en traumatisme, et conférencière internationale