Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 5 octobre 2018
Qui s'attend à assister à une comédie dans le sens traditionnel du terme risque d'être déçu, et cela même s'il est précisé d'entrée de jeu: "une comédie cruelle ou à cru". Par contre, qui est en attente de surprises secouantes sera rassasié.

Avec en tête le souvenir de "Le tuba des pédiluves"*, on se doute bien que les deux iconoclastes - Arthur Egloff et Damien Chapelle - responsables du concept même du spectacle vont nous surprendre et "bousculer les codes". Cette fois plus question de s'inspirer des classiques en les revisitant, tout est entièrement imaginé par le duo très complice. Ils revendiquent clairement cette fois une démarche clownesque dans un format de comédie.

Le plateau de la grande salle du Varia est nu, l'importance étant donnée à un grand lustre, un "pont circulaire" qui porte tous les projecteurs ou presque. La lumière de Florian Berutti est cruciale, c'est elle qui fait plus qu'habiller les scènes, c'est une partenaire de jeu, de même que les effets sonores et mécaniques dont jouent les acteurs et qui rappellent... le cirque. Oui, Arthur Egloff et Damien Chapelle - alias Bart et Dani - intègrent et mélangent cirque, paroles, danse à leur forme de théâtre. Il y a surtout une bonne dose de dérision, de nonsense, un humour qui ne dédaigne pas les bons vieux calembours, des maladresses voulues ou non; c'est explosif au propre comme au figuré.

L'histoire-prétexte, en deux parties, met en conflit un grand Archisex, des lanceurs d'alerte, une coopérative boulangère qui explose, des "Jeux du Levain" compromis, un expert luxembourgeois qui se fait graisser la patte par des tapas, des amitiés et des amours chaotiques, un scandale, une reconstruction discutable... en bref, plutôt qu'une réflexion sur "la question du travail", ce que l'on retient c'est surtout un grand et des petits délires, la critique en fond des dérives de notre société.
 
On retient donc surtout l'opposition aux Mensonges & Faux-semblants de deux copains comiques qui interrogent, remettant en question les principes et lieux communs communément admis. Plutôt qu'une révolution, ils vont prôner:"à notre échelle, la seule chose que l'on peut faire, c'est de retomber amoureux...La révolution naît dans des corps amoureux... La révolution c'est à deux, ou trois maximum car dépassé ce nombre on devient une brigade, un régiment et l'armée n'a jamais eu de place dans une révolution."

 Des philo-loufoques

Les deux compères se sont entourés d'autres comédiens: Karim Barras, Jean-Baptiste Calame, Julien Courroye et d'une comédienne: Jessica Fanhan, qui sont tout à fait dans le ton du spectacle, ayant participé intimement à son élaboration.
Le duo, lui, s'est créé à la faveur d'une autre production, de manière disons furtive, mais l'idée a évolué, s'est affirmée et les voilà maintenant avec l'ambition d'une trilogie ayant donc pour titre "Little Gouda", et dont "Le pain" est le premier volet.

L'histoire n'était que "prétexte à jouer", et à se jouer des codes théâtraux habituels et si l'on avait admis ce point de départ, on était prêt pour l'aventure. Mais les réactions des spectateurs auront été des plus variées: certains s'esclaffant de bon coeur, d'autres ne réapparaissant plus après la pause d'une dizaine de minutes entre les deux parties.

Le "pain perdu" est un délice gourmand qui est une forme de recyclage puisque des mains expertes peuvent récupérer des restes de pain et moyennant quelques accommodements, en faire un délice gourmand. En irait-il ainsi de ces vieux sentiments et réflexes égoïstes qui bien secoués sur un plateau... de théâtre feraient place à "quelque chose" de tout neuf dans la réflexion ?

Little Gouda, 1.le pain

Little Gouda, 1.le pain

de Arthur Egloff & Damien Chapelle

Théâtre
Mise en scène : Arthur Egloff & Damien Chapelle
 
Avec : Karim Barras, Jean-Baptiste Calame, Damien Chapelle, Julien Courroye, Arthur Egloff, Jessica Fanhan

Scénographie:  Arthur Egloff & Damien Chapelle
Lumière: Florian Berutti
Son: Julien Courroye
Costumes: Mansour Badjoko Wa Lileko
Direction technique: Sébastien Corbière

Durée : 2h (entracte de 12') Photo : © © Pierre de Belgique  

Création:"un spectacle Arthur Egloff & Damien Chapelle"
Coproduction: Théâtre Varia (Centre scénique de la Fédération Wallonie-Bruxelles)/La Coop asbl/Shelter Prod.
Soutiens: Taxshelter.be/ING/Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge/Fédération Wallonie-Bruxelles (B)/Service du Théatre et du Manège-Maubeuge Scène nationale (FR) et sponsors privés.

*Revoir: ruedutheatre.eu/article/3265/le-tuba-des-pediluves/