Michel VOITURIER Tournai
Contact
Publié le 3 octobre 2018
L’histoire de « Ali Baba et les 40 voleurs » est archiconnue. Elle date, sans en faire vraiment partie, du temps des « Mille et une nuits ». Adaptée par une troupe palestinienne, elle prend un sens particulier.

En deux mots, il est question d’un pauvre paysan qui surprend des brigands venus cacher leur butin dans une caverne dont l’entrée s’ouvre magiquement grâce à un mot de passe. Les bandits repartis, le bonhomme pénètre dans l’antre, s’empare de quelques richesses et enrichit les siens. Il se confie à son frère, lequel s’empresse d’aller aussi se remplir les poches.

Mais ayant oublié le ‘sésame’, il reste enfermé jusqu’à ce que les malandrins le surprennent et l’exécutent. Ils enquêtent afin de découvrir qui a bien pu trahir leur secret. Le mystère résolu, ils décident de se débarrasser d’Ali Baba. Hélas pour eux, une servante a entendu leur complot et les malfaiteurs seront exterminés tandis que les pauvres gens disposeront de la fortune de leur caverne.

La troupe du Yes joue cette fable avec le dynamisme du théâtre de rue. On y remue, vocifère, chante, joue de percussions, entre et sort, cavalcade, incite la salle à frapper dans les mains, débobine un texte à grande vitesse. On y agite des têtes géantes, sorte moins fréquente chez nous parmi les genres de marionnettes existant. Elles sont caricaturales à souhait et permettent à cinq comédiens de jouer tous les rôles y compris des 40 voleurs.

Le décor de base semble basé sur les "moucharabiés", ces parois architecturales qui permettent d'observer l'extérieur mais qui dissimulent l'intérieur. La souple articulation de ses éléments donne fluidité aux entrées et sorties de la grotte, au jeu de cache-cache entre les mauvais et les bons.

D’une certaine façon, c’est du théâtre brut. Qui s’adresse directement à un public qui n’a pas nécessairement l’habitude de se rendre dans des salles. Un peu comme était Guignol autrefois dans notre tradition populaire qui ne s’embarrassait pas non plus de subtilités.

Mais cette histoire, interprétée par une troupe palestinienne, prend du coup une signification plus politique. Les voleurs pourraient être les Israéliens et les pauvres gens spoliés, les habitants de Gaza. Car la situation racontée par la tradition est si constante dans l’histoire de l’humanité qu’il est difficile de ne pas y voir s’y pointer l’actualité géopolitique.

Tournai - Belgique Du 30/09/2018 au 01/10/2018 à di 17h30 lu 10h Centre de la Marionnette 47 rue Saint-Martin Téléphone : +32 (0)69 88 91 40 . Site du théâtre Réserver  

Ali Baba

de Anonyme

Festival Découvertes Images & Marionnettes dès 6 ans Danse
Mise en scène : Daniel Arbaczewski
 
Avec : Abed Al-Muhdii Tarayra, Bushra Al-Atrash, Diana Sweity, Khalil Nassar, Ula Abu-Sneineh

Scénographie, création des marionnettes : Cezary Sielicki /
Régie : Hammam Amro
Accompagnement en Belgique : Royales Marionnettes, Association belgo-palestinienne de Wallonie picarde

Durée : 60' Photo : © DR  

Production : Yes Théâtre (Palestine)