La musica Deuxième
Michel VOITURIER Avignon
Contact
Publié le 14 juillet 2018
Un couple est en train de clôturer les démarches de son divorce. Elle et lui se rencontrent une dernière fois avant la séparation définitive. Ils disent, se disent, nous disent pour espérer comprendre.

Elle et lui assis derrière une table. Ils sont comédiens. Ils découvrent un texte, celui de Marguerite Duras. Ils tâtonnent un peu. Ils montrent clairement qu’eux comme nous sommes au théâtre. Ils ne lisent pas que leurs répliques, ils énoncent aussi les didascalies, ces indications de l’auteur destinées aux praticiens de plateau. S’établit alors un décalage très net entre fiction de l’écriture et des personnages, présence charnelle des acteurs et des spectateurs.

Le travail du passage du lecteur d’un livre à l’intégration d’un rôle par des acteurs se déroule alors par étapes successives, à peine discernables à travers quelques signes dans la voix, les corps, l’utilisation des objets d’un décor aux apparences initialement inadaptées d’une salle de répétitions. Catherine Salées devient Anne-Marie et Yoann Blanc, Michel.

La metteure en scène Guillemette Laurent traite cette partition durassienne avec subtilité. Elle accorde aux mots leur potentiel musical, aux acteurs leur liberté d’interpréter en fonction de leur personnalité sans trahir le contenu des répliques, à l’art dramatique de montrer ses techniques et ses astuces pour convaincre un public qu’il assiste à un moment de réalité au point d’oublier un décor peu réaliste, des contradictions dans le rapport entre répliques et comportement.

 

Le semblant vrai et le vrai semblant

Ce tour de force singulier que seul le théâtre, spectacle vivant, est susceptible de réaliser et de réussir, est éblouissant. Les échanges entre conjoints désormais disjoints se nourrissent d’imperceptibles nuances, celles qui vont au-delà des réactions psychologiques pressenties, au-delà des  simulacres connus puisque chaque être humain a éprouvé, ne serait-ce qu’une fois durant son existence, une rupture.

La pièce passe par andante, adagio, allegro, vivace, moderato, scherzo, agitato agrémentés de nombreux points d’orgue, ces moments où le silence prend sens. Le tempo rejoint aussi la musique elle-même sur laquelle on danse en discothèque, sur laquelle on laisse voguer ses sentiments comme celle de Beethoven qui s’insère avec opportunité.

Les tempos s’associent au temps. Le passé défile en épisodes choisis. Les ressentis jamais exprimés surgissent. Les élans contraires vers le suicide pour l’une, vers des pulsions de meurtre pour l’autre, remontent au jour. Derrière cela, se sent la force attractive vécue durant tant d’années en duo. À travers cela, se dessine l’inéluctable de la séparation irrévocable, associée aux douleurs elles-mêmes inévitables.

La lumière s’avère un des éléments clés de cette réalisation. Julie Petit-Etienne est parvenue à une variété accordée. De l’intimiste lampe de bureau du début à la frontière lumineuse au sol qui transforme un mobilier laissé pour compte en espace vide derrière comme devant, les éclairages n’ont cessé de varier. De rares pleins feux, souvent des éléments mis en valeur, parfois des corps surpris en action ou en attente, des pénombres localisées… De quoi accompagner mots, sentiments, mouvements, mimiques qu’Anne-Marie et Yoann Blanc enchaînent avec une maîtrise nourrie d’une humanité généreuse.

Avignon - Avignon Off Du 06/07/2018 au 26/07/2018 à 10h30 Théâtre des Doms 1bis, rue des Escaliers Sainte-Anne. Téléphone : 04 90 14 07 99. Site du théâtre Réserver  

La musica Deuxième

de Marguerite Duras

Théâtre
Mise en scène : Guillemette Laurent
 
Avec : Yoann Blanc, Catherine Salées

Scénographie, costumes: Christine Grégoire, Nicolas Mouzet-Tagawa
Création lumière: Julie Petit-Etienne
Régie: Nicolas Sanchez / Nicolas Mouzet-Tagawa

Durée : 1h15 Photo : © Michel Boermans  

Co-production : Théâtre Océan Nord, Le Colonel Astral
Aide :  Fédération Wallonie Bruxelles - Service du théâtre - CAPT

Lire : Marguerite Duras, La Musica Deuxième, Paris, Gallimard, FOLIO théâtre, 2018

Nomination: Prix de la Critique 2017, meilleure mise en scène

Comparer : version de Régis Mardon: www.ruedutheatre.info 26 juin 2009