Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 9 juin 2018
...sur ce qu'il convient de taire. Ou quand les non-dits sont plus violents que les actes eux-mêmes dans un huis-clos familial.

Dans la pénombre propice de la salle des voûtes du Public, ce sont le/s secret/s de famille que le spectateur va découvrir. Un homme est là, penché sur un objet bien sympathique : une poupée, une oeuvre d'art. Car oui, l'homme, Daniel/Alexandre Trocki est non seulement un artisan très spécialisé, mais un Artiste reconnu comme tel grâce notamment à sa recherche des matières les plus précieuses pour la confection originale de ses poupées, taille fillette, en exemplaire unique.

D'ailleurs un hommage important va lui être rendu qui, sa femme Judith/Patricia Ide l'espère, va lui redonner du coeur à l'ouvrage alors qu'il végète quelque peu en manque d'inspiration. Elles sont pourtant près de lui, sa femme et leur fille Brigitte/Jeanne Kacenelenbogen, formant une petite entreprise familiale: la mère s'occupant des vente et promotion, la fille aidant son père dans son travail par la couture des robes des poupées.

Mais cette famille cache un lourd secret, un souvenir dramatique et honteux. Il va se matérialiser par l'arrivée intempestive de celle que l'on ne voulait plus voir, la fille cadette, Estelle/Soazig De Staercke, éloignée de la maison depuis des années par sa propre mère. Annoncée comme une cliente pour une poupée à son image, Pélopia-Estelle va faire éclater une vérité dérangeante...

Le silence des bourreaux

Ces quatre personnages pratiquent cet amour-haine que l'on retrouve dans certaines familles où l'intimité protège des scandales. Les aveux, les reproches, les affrontements se font à l'abri jusqu'à ce qu'un élément extérieur vienne gripper la machine, menaçant un certain équilibre de la famille. Et c'est la catastrophe annoncée quand l'élément n'est pas "extérieur" mais fait partie de cette famille. Déni, hypocrisie, mensonge, tout sera dénoncé et rien ne sera plus comme avant.

Au-delà du malaise que provoque l'inceste, et sans complaisance pour autant, l'auteur, le Québecois Michel Marc Bouchard, analyse avec finesse les sentiments et les attitudes des personnages : leur part d'ombre, leurs failles et leurs faiblesses, tout en leur laissant leur part d'humanité. Guidés par une direction d'acteurs - le metteur en scène Emmanuel Dekoninck - qui va dans le même sens, les comédien/ne/s, Alexandre Trocki en tête, sont troublants de crédibilité.

On le dit "figure incontournable du théâtre québecois", Michel Marc Bouchard, est l'auteur d'une précédente version qui eut pour titre "La poupée de Pélopia", ce qui montre ainsi l'importance de cet élément déclencheur et la position de la victime qui entend que justice lui soit enfin rendue, un courant de pensée bien actuel.

Des yeux de verre
Bruxelles - Belgique Du 11/05/2018 au 23/06/2018 à Du Ma au Sa: 20H30 Théâtre Le Public rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles Téléphone : 0800.944.44 . Site du théâtre Réserver   Bruxelles - Belgique Du 11/05/2018 au 23/06/2018 à Du Ma au Sa: 20H30 Théâtre Le Public rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles Téléphone : 0800.944.44 . Site du théâtre Réserver   Bruxelles - Belgique Du 11/05/2018 au 23/06/2018 à ma-sa: 20h30 Théâtre Le Public rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles Téléphone : 0800.944.44 . Site du théâtre Réserver  

Des yeux de verre

de Michel Marc Bouchard

Théâtre
Mise en scène : Emmanuel Dekoninck
 
Avec : Soazig De Staercke, Patricia Ide, Jeanne Kacenelenbogen, Alexandre Trocki

Assistanat: Julie Duroisin
Scénographie: Delphine Coërs
Lumière: Xavier Lauwers
Costumes: Béa Pendesini
Régie: Robin Van Bakel - Stagiaire régie: Dorian Franken-Roche

Durée : 1h20 Photo : © © Alice Piemme  

Création-production: Théâtre Le Public, Bruxelles (B)
Soutien : Tax Shelter du Gouvernement Fédéral Belge, sponsors privés

"Des yeux de verre" est publié, aux Editions Théâtrales, éditeur et agent de l'auteur. Michel Marc Bouchard (né en 1958) est aussi l'auteur de "Les Muses Orphelines", traduite dans une douzaine de langues et la pièce plus connue de la vingtaine qu'il a à son actif (mise en scène en 1998 par Pietro Pizzuti au théâtre le Public, Bruxelles).