Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 24 mai 2018
Jusqu’à la mi-juin le collectif l’Avantage du doute s’installe au Théâtre de la Bastille avec une multiplicité de propositions : spectacles, veillées, débats, créations collectives… Un programme alléchant et tonique.

Ce printemps, le Théâtre de la Bastille réédite l’opération Occupation initiée avec succès en 2016 avec le metteur en scène portugais Tiago Rodrigues. Pour rompre avec l’enchaînement infernal des spectacles et questionner le rapport spectateurs/artistes/équipe du théâtre, les clés de la maison sont laissées pendant près d’un mois à un groupe qui va habiter le théâtre autrement, mettre en question l’acte de création et la place respective des acteurs et du public.

Cette année, c’est le collectif baptisé du nom éloquent de L’Avantage du doute qui a été élu pour investir les lieux. Créé en 2007, le collectif, accompagné au long de ses trois créations précédentes par le Théâtre de la Bastille, est composé de cinq comédiens, maitres du jeu qui se passent d’un metteur en scène pour élaborer et interpréter des textes qui font de l’humour,  du désaccord, de l’improvisation, les moteurs de leurs créations. Jusqu’au 16 juin, ce groupe va « tenir » le théâtre de la Bastille avec différentes formes de présence : spectacles, bien sûr, mais aussi veillées, expériences collectives diverses et variées dont certaines feront aussi intervenir les enfants.

Sur la scène de la Bastille, l’opération a commencé par une Grande Traversée, soit un relecture des trois pièces créées jusqu’à présent par L’Avantage du doute, données dans ce même théâtre et réécrites à l’aune des interrogations d’aujourd’hui. Cinq scènes de ces trois spectacles sont chaque soir tirées au sort par le public et le groupe les interprète dans cet ordre aléatoire et néanmoins toujours pertinent. Avec délectation et une énergie communicative, le collectif composé d’individualités très marquées passe à la moulinette de leur humour corrosif les rites et les fantasmes de notre temps en trois thématiques : l’engagement politique 50 ans après mai 68, le sens à donner au travail, le rapport avec les images.

Viendront ensuite trois Veillées, gratuites pour le public, reposant chacune sur la thématique particulière présente dans les trois spectacles précédents et sur l’envie du ollectif de partager les sujets et les sources d’inspiration à partir desquelles ils ont travaillé : Veillée de mai (le 31 mai), Veillée sans écrans (le 7 juin) et Veillée des orangs-outangs (le 16 juin).

Début juin, le Collectif proposera au public, convié gratuitement, à faire l’expérience d’une Semaine sans écrans (du lundi 4 au samedi 10 juin), expérience qui prendra plusieurs formes et impliquera tout particulièrement les enfants. Dans un Salon Occupation spécialement aménagé à la façon d’un salon littéraire, le public sera invité à discuter notre rapport à l’écran autour d’invités spécialistes de la question,  philosophes, pédopsychiatres…  Autres propositions : des Rendez-vous silencieux d’écriture, la création d’une œuvre plastique collective, un Atelier d’éveil, une Télé des enfants, etc…

Enfin, cette Occupation s’achèvera par un spectacle intitulé La Caverne, une fable inspirée de l’allégorie de La Caverne de Platon.  En se plaçant du côté des enfants, le Collectif mettra en perspective les dangers et les vertus des images. En dix tableaux hilarants ou effrayants cette parabole écologique invitera à développer l’esprit critique et à découvrir l’avantage du doute.

Occupation 2
Paris Du 23/05/2018 au 16/06/2018 à 19h30 Théâtre de la Bastille 76 rue de la Roquette. 75011 Paris Téléphone : 01 43 57 42 14. Site du théâtre Réserver  

Occupation 2

de Collectif L'Avantage du doute

Théâtre
Mise en scène : L'Avantage du doute
 
Avec : Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand

Scénographie : Delphine Sainte-Marie
Création lumières et construction : Jérôme Perez et David Simonet
Vidéo : Kristelle Paré, Baptiste Klein
Son : Baptiste Klein et Laurent Aigon
Création costumes : Marta Rossi
Régie générale : Wilfried Gourdin

Durée : 2h Photo : © Pierre Grosbois