Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 30 avril 2018
A l'assaut des crédos communautaires, cette comédie souriante se moque des a priori et des barrières.

Le décor, réaliste, pourrait suggérer au spectateur qu'on lui a dévoilé la loge-local de répétitions du théâtre où il se trouve. Il est exact quand même que le lieu où se joue la pièce y est décrit à son image : un théâtre ouvert à tous, dans un quartier populaire et qui ose les spectacles offrant matière à débats. Ce théâtre est "fictionnel" (une toute petite partie ne sera visible que vue des coulisses) et la pièce est due aux talents conjugués de Sam Touzani et Gennaro Pitisci, ce dernier assurant une mise en scène souple et enlevée.

Un artiste en résidence a le projet d'un spectacle titré "Réapprenons à vivre ensemble". Cet "artiste nomade nommé Pierre est un comédien bien connu : Sam Touzani, de même que son partenaire: Ben Hamidou, qui est Nordine, concierge plutôt conservateur.

Ce duo de comédiens charismatiques s'affronte sur un sujet qui aurait pu être douloureux: la recherche de ses racines. C'est la véritable motivation de Pierre : aller à la rencontre de son frère Nordine jusqu'alors inconnu. Pour cela, il utilisera le prétexte d'un spectacle destiné aux habitants du quartier, autour de la figure mythique de Dom Juan, ce mécréant, athée, libertin, sans respect pour les femmes.

Pourquoi ? Parce qu'il sait que leur père commun a aussi séduit-et-abandonné leurs mères respectives. Il veut l'apprendre à Nordine en lui proposant la recherche de ses origines, une recherche d'ADN sous forme d'un test génétique simple que la science a rendu possible (les résultats démontrent que nous sommes plus proches les uns des autres que nous ne le pensons).

Ce sera l'occasion de voir s'affronter également des conceptions de la vie divergentes; il y aura une évolution des personnages, un changement des mentalités surtout chez Nordine et un "happy end" assez inattendu...

Pierre ne dévoilera pas tout de suite ses intentions véritables, se heurtant d'abord à un Nordine plus que déçu parce que, en ce torride mois de juillet, il devra se passer du traditionnel "retour au bled" de toute sa famille. Il est soumis non seulement à l'accueil de l'artiste mais à un ordre de son directeur bruxellois (qui communique par interphone), celui de devoir réparer des dégâts apportés aux statues classiques ornant le hall du théâtre. Un licenciement menace... On apprendra plus tard qui en est le véritable coupable mais pour le moment, Nordine, frustré, n'est vraiment pas d'humeur à accueillir un mois durant cet artiste désinvolte qu'il juge complètement farfelu, à l'exact opposé de lui, si respectueux des habitudes et conventions héritées de sa communauté. 

Pourquoi un Pierre et un Nordine ne pourrait-ils ...fraterniser ?

Depuis "Gembloux, à la recherche d'une guerre perdue" - spectacle important qui n'a pas arrêté de tourner (de 2003 à 2012!) et cela bien avant le film "Indigènes"- sur lequel ils se sont rencontrés, leurs opinions personnelles n'ont pas empêché une amitié profonde de se développer. Ce spectacle imaginé-rêvé dès 2005, est aussi le reflet de cette belle relation.

Dans ses spectacles - souvent des "seuls en scène"- Sam Touzani n'a jamais cessé de mettre en pratique des devises célèbres comme entre autres, celle de la France: "Liberté, égalité, fraternité" que du reste, il avait adaptée en "Liberté, égalité, sexualité"... de même que Ben Hamidou avait plutôt choisi de, par exemple, rendre hommage à sa grand-mère avec son "Sainte Fatima de Molem", l'humour étant un de leurs points de rencontre...

Cette dernière production, drôle et enlevée, propose de sensibiliser le public le plus large (dont en premier lieu des adolescents) à la nécessité d'ouvrir les esprits (dont l'esprit critique !), de répéter sans cesse la nécessité d'un "vivre ensemble" harmonieux, de susciter des rencontres généralement prévues après chaque représentation.

Pour ce spectacle créé à Molenbeek-Saint-Jean en 2016, les réactions pas toujours positives n'ont pas manqué car le Brocoli Théâtre n'évite pas, au contraire, "les sujets qui fâchent" (encore hélas) mais l'humour n'est-il pas "la propreté morale et quotidienne de l'esprit"? (J.Renard).   

Les Enfants de Dom Juan
Bruxelles - Belgique Du 25/04/2018 au 05/05/2018 à Du Me au Sa: 20h (+ scolaires: 26/04: 14h, 27/04: 10h, 02/05: 10h 04/05: 14h) Espace Magh rue du Poinçon, 17, 1000 Bruxelles Téléphone : +32(0)2 5370120. Site du théâtre Réserver  

Les Enfants de Dom Juan

de Gennaro Pitisci et Sam Touzani

Comédie Théâtre
Mise en scène : Gennaro Pitisci
 
Avec : Ben Hamidou, Sam Touzani

Collaboration artistique: Ben Hamidou, Nacer Nafti
Scénographie, lumière: Josse Derbaix, Gennaro Pitisci, Marie Van Oost
Sculpture: Jean-Loup Leclercq
Vidéos: Zakaria El Bakkali Moreno
Construction décor: Aziz Ben Salah, Aziz Amelhay, Mostafa Abderrahim, Cédric Eugène (équipe Maison des Cultures de Molenbeek)
Recherche accessoires: Laura Montalbano, Maïté Renson
Régie: Josse Derbaix
Avec l'aimable participation d'Hélène Gailly.

Durée : 1h30 Photo : © Maïté Renson  

Création: Brocoli Théâtre, Bruxelles
Coproduction: Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek Saint-Jean (BE)
Soutiens: Région de Bruxelles-Capitale/Fédération Wallonie-Bruxelles, direction des arts de la scène, service du théâtre/COCOF-cohésion sociale/Commune de Molenbeek-Saint-Jean

Revoir: http://stephen.over-blog.com/article-4359901.html                                                                 http://stephen.over-blog.com/article-6924922.html

http://www.ruedutheatre.eu/article/3528/liberte-egalite-identite/  - http://ruedutheatre.info/ (7 aout 2007 + 30 octobre 2006)
http://www.ruedutheatre.eu/article/1186/sainte-fatima-de-molem/