Michel VOITURIER envoyé spécial à Huy
Contact
Publié le 8 septembre 2017
Seul un jour d’anniversaire, que faire ? Se trouver, par exemple, un compagnon en jouant avec son ombre.

Au début, on croirait un hommage à la domotique. On clique des doigts et clac, des lampes s’allument ou s’éteignent. Puis non, les fusibles se coupent. Il faut trouver des sources lumineuses. Et Rita s’invente un univers très personnel à partir de ce qui l’entoure.

Grâce à la lumière, nous avons avec nous un double qui nous ressemble par sa forme globale mais pas par les détails. Ne pas avoir d’ombre est inquiétant tout comme l’avoir perdue. Ici, elle devient copine de jeux, d’abord docile puisqu’elle accomplit des gestes identiques à ceux qu’on accomplit au même moment. C’est amusant ! C’est un peu limité malgré tout et cela permet, comme avec un miroir, de voir les mouvements que l’on fait avec distance.

Soudain, il y a l’étrange. La silhouette esquisse d’autres comportements. Elle n’est plus uniquement reflet de qui on est. Elle acquiert de l’autonomie. Elle lance des défis. Elle est capable d’effectuer des actions  qu’on est inapte de réaliser. C’est une partenaire presque autant qu’une adversaire. C’est une réalité visible qui s’avère également imaginaire fantaisiste, voire fantasmatique.

Le petit univers intime de Rita est offert en prime avec une belle rigueur esthétique. Ses objets et jouets participent à son aventure ludique où se mêlent mime, expression corporelle et chorégraphie. Les éclairages, outre de jouer avec l‘obscurité, la pénombre, mettent en valeur les accessoires autant que les lieux.

L’énergie positive que répand la comédienne s’harmonise bien à celle que sa complice dépense en coulisses, hommage indirect donné à ceux que le spectateur ne voit pas et qui sont indispensables pour la réussite d’une représentation. Nous pourrions leur appliquer la phrase d’Henri Michaux : « Du ciel nous leur parachutons des ombres » puisque cela les rend visibles.

le 13 septembre 2017 à 15:33
De : Harant Titre : Emprunter de l'argent en France sans passer par une banque: harantrobert8@gmail.com Bonjour, Particulier sur toute l’Europe et dans le monde entier, afin de lutter contre la pauvreté et l'exclusion bancaire, j’ai mis sur pied un système financier capable d'aider les personnes en difficulté. Il consiste à octroyer de crédit allant de 2000€ à 500.000€ avec un taux d'intérêt de 2%. Alors si toute fois vous avez besoin d'un prêt particulier, veuillez me contacter . E-mail: harantrobert8@gmail.com
Ma tache
Huy - Rencontres du Théâtre Jeune Public - Belgique Du 23/08/2017 au 24/08/2017 à me 11h30 16h je 11h30 Espace dégagé - Salle EP Quai de Compiègne Site du théâtre Réserver  

Ma tache

de Clara Lopez Casado

à partir de 4 ans Jeune Public
Mise en scène : Olivier Mahian
 
Avec : Clara Lopez Casado, Natalia Weinger

Scénographie Sandrine Clark
Musique Gilles Kremer
Oeil extérieur Marie Limet
Lumières Sébastien D’André et  Mark Elst
Conseiller dramaturgique Jean Lambert
Régie Sébastien D’André
Dessin affiche Laura Nicola

Durée : 45' Photo : © Sara Torrisi  

Production : Cie Oh quel Dommage
Aide : Fédération Wallonie-Bruxelles, CCBW.
Soutien :  Cie de la Casquette,  Théatre du Tilleul, La Roseraie,  Centre de la Marionnette de la FWB, Service culture de la Commune d'Ixelles,  Centre culturel du Pays de Collines, Wolubilis, La Montagne Magique, Le Petit Théâtre de la Grande Vie.
Remerciements : Natalia Martinez, Bernard Senny, Vincent Raoult, Vera Glez, Monica Varela, Céline Pellin, Justine Moreau, Antoine Clett

Lire : Adelbert von Camisso, "Histoire merveilleuse de Peter Schlemihl ou l'homme qui a vendu son ombre", 1822
         https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Homme_qui_a_perdu_son_ombre/00 )
       Casanave et Vandermeulen,  Chamisso, l’homme qui a perdu son ombre, Bruxelles, Le Lombard, coll. « Romantica », 2014, 256 pages
Voir : Alain Tanner, L’homme qui a perdu son ombre, (1991), DVD, 2010