Création d’un univers
Michel VOITURIER envoyé spécial à Huy
Contact
Publié le 3 septembre 2017
Des panneaux noirs qui se déplacent, des couleurs qui apparaissent et disparaissent ou se transforment. Des objets qui surgissent. Des manipulateurs qui se montrent, se cachent, s’étirent ou rétrécissent. Soit un monde sans nom qui s’élabore, se construit, s’offre.

Quelqu’un qui regarderait avec désinvolture cette création muette mais sonore, pourrait facilement lui accorder comme sous-titre caricatural : de la gare de triage à la brocante. En effet, après un prologue dansé consacré  au jazz classique qu’est le swing, tout commence par des mouvements de panneaux qui se croisent, vont, viennent, traversent, repartent, occupent l’espace en tous sens. Et tout finit par une collection d’objets et de toiles peintes.

On comparerait volontiers cela à un ballet de planètes voyageant à travers un univers intergalactique. Elles sont noires au départ. Mais parfois se colorent et même changent de couleur. Derrière l’image poétique mouvante que constitue cette première partie se décèle un désir d’initier aux valeurs optiques des coloris associés à des musiques.

Les objets viendront un par un. Ils seront déposés un peu partout. On s’aperçoit assez vite qu’ils sont disposés tels qu’ils le seraient dans une galerie ou un cabinet de curiosités, soumis aux regards de visiteurs qui prendraient le temps de les contempler. Puis, justement, pour chacun d’eux correspond un tableau qui est disposé dans l’espace.

Cette invitation à entrer dans l’histoire de l’art, essentiellement moderne figuratif et quasi pas contemporain, montre au public des œuvres de Hokusaï, Rousseau, Redon, Van Gogh, Casorati, Chagall, Klee, Picasso, Dali, Magritte, Haring. Une manière dynamique de se retrouver en plein musée.
Cette réalisation transforme le plateau en lieu chorégraphique où le rythme est essentiel. Ça remue sans cesse, réclame des interprètes déménageurs une attention soutenue, une énergie constante, une infaillible mémoire des mouvements à enchaîner sans avoir le temps de reprendre souffle et la moindre erreur risquerait de faire capoter un projet qui n’est pas loin de l’acrobatie et de la prestidigitation.

Huy - Rencontres du Théâtre Jeune Public - Belgique Le 22/08/2017 à 10h 14h Salle de Gym IPES Avenue Delchambre Téléphone : 00 32 42 37 28 80 . Réserver  

Création d’un univers

de Collectif (Dirk Opstaele, Fanny Hanciaux, Marc Weiss, Yoeri Lewijze, Martine Godart)

Danse de 2 ans 1/2 à 6 ans Spectacle musical
Mise en scène : Dirk Opstaele
 
Avec : Fanny Hansiaux, Marc Weiss

Chorégraphies : Dirk Opstaele,  Sylvie Planche (« Don’t go ‘way nobody »)
Scénographie : Ensemble Leporello
Musiques : Sidney Bechet, Stéphane Wrembel, Café Royal Salon Orchestra, Shepheard's Hotel Jazz Orchestra
Plasticienne : Chloé Coomans
Solutions techniques : Yoeri Lewijze, Patrick Dhooge

Durée : 45' Photo : © Gilles Destexhe  

Production : Cie des Mutants
Remerciement : Columban (Wavre)