Michel VOITURIER envoyé spécial à Huy
Contact
Publié le 29 août 2017
Parler sexe au théâtre jeune public, ce n’est pas courant, ni couru. Le faire avec le décalage d’accessoires fictifs et sans humour égrillard constitue une prouesse digne d’attention.

Naguère, les Mutants avaient monté, sous forme de show endiablé, « Ça… » qui abordait beaucoup de questions  posées par la façon d’envisager et de pratiquer les relations sexuelles. Les situations étaient alors théâtralisées. Les temps changent : maintenant tout s’organise autour de la technologie.

Un duo conférencier promotionne auprès de tous publics un appareillage testé scientifiquement afin d’accroître la sensation de plaisir lors d’un acte sexuel. Cela ressemble furieusement à ces engins qui peuplent les salles de sport où on vient transpirer afin de perdre des calories. Il s’agit finalement de l’Appareil d’Échange Jouïstique et de Développement Génotype, communément appelé AEJDG.

Les dénominations des parties de l’engin, de leurs pièces essentielles emprunte avec allégresse une terminologie ancrée dans le latin ou le grec afin de donner une connotation scientifique à une invention somme toute farfelue. Le discours en devient plus drolatique d’autant que les consonances des mots sont vite repérées en tant qu’allusions à un vocabulaire plus ordinaire qui, du coup, en devient chargé de doubles sens.

L’effet comique s’accroit encore de par la situation des orateurs. Ni lui ni elle n’ont trouvé leur équilibre sexuel : lui, à trente ans passés vit toujours chez sa mère qui le materne ; elle a des aspects acariâtres qui expliquent son célibat prolongé même si elle fantasme une déclaration d’amour à son partenaire professionnel.  

On rit. C’est joué avec brio dans une sorte de détachement objectif qui ne trompe personne. C’est aussi, mine ne pas y toucher, un inventaire presque complet de tous les problèmes posés par le sexe et son partage sentimentalo-sensuel. Car la distance prise avec le sujet permet, sans rien éluder, de ne jamais tomber dans le graveleux des plaisanteries de comptoir de bistrot ou de soirées estudiantines arrosées aux bières artisanales.

Chacun son rythme
Huy - Rencontres du Théâtre Jeune Public - Belgique Du 18/08/2017 au 19/08/2017 à ve 16h 20h sa 10h Salle de l’Athénée Cité Emile Vierset Réserver  

Chacun son rythme

de Alexandre Drouet

à partir de 8 ans Jeune Public
Mise en scène : Alexandre Drouet
 
Avec : Sandrine Desmet, Nathan Fourquet-Dubart

Décors, costumes Clémence Didion
Assistanat à la mise en scène  Melissa Leon Martin
Animation vidéo  Jean Goovaerts
Regard extérieur  Maud Lefebvre
Diffusion    Anne Beaujeant

Durée : 55' Photo : © Sarah Torrisi  

Production :  Projet Cryotopsie
Aides :  Fédération Wallonie-Bruxelles – Direction du Théâtre et Service de la Diffusion, BAMP, Théâtre des 4 Mains,  Théâtre Océan Nord, Centres culturels de Perwez et d’Eghezée, Petit Théâtre Mercelis

Voir :  "Ça…" http://www.mutants.be/ca/presse.pdf ou

            http://ruedutheatre.info/ 25 août2007                                                                               

Prix de la Ministre de l'Enseignement secondaire et coup de coeur de la presse aux Renconttres Théâtre Jeune Public à Huy 2017

Revoir : http://www.ruedutheatre.eu/article/2719/dans-le-ventre/