Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 16 mai 2017
Le texte, l'argot et l'ambiance des années cinquante à Paris sont parfaitement assumés; on ne fera pas dire à l'auteur ce qu'il n'a pas dit et on n'enlèvera pas les grossièretés de la bouche de Zazie.

"L'irrévérend Monsieur Queneau"* entendait redorer le français parlé et chambouler le français classique; c'est ainsi que l'on entendra le fameux "Doukipudonktan" (ouverture du roman) et plus loin: "Lagoçamilébou". Zazie est un "titi parigot", une gamine d'une dizaine d'années à la langue bien pendue, à la fois fraiche, drôle, et agaçante. Il faut le reconnaître, elle lui aura apporté "la glouare" à son créateur !
 
Zazie/Julie Duroisin (qui est vraiment "bath"!) n'est pourtant pas née à Paris mais avec son idée fixe de chercher ce métro qu'on lui dit être en grève, elle va, en vingt-quatre heures, visiter la ville jusque dans ses endroits les plus douteux comme le cabaret "Mont-de-Piété" et y faire des rencontres, variées, disons, qui la mèneront à la conclusion : "j'ai vieilli".

De même qu'on ne peut raconter ces vingt- quatre heures délirantes, on ne peut qu'évoquer les personnages que Zazie à croisés, et ils ne manquent pas de truculence, à commencer par le tonton Gabriel/Stéphane Fenocchi, artiste de music-hall, ambigu comme sa compagne Marceline/Sébastien Schmitt.

Dans le roman, rien n'est volontairement net et clair, et la confusion, le déguisement, l'incertitude quant aux sexes des uns et des autres est encore renforcée dans le spectacle ; outre le couple Gabriel-Marceline, s'y ajoutent la Veuve Mouaque/Pierre Poucet et Mado P'tits-Pieds/François Regout, la serveuse. Le mélange des genres, le travestissement, la fameuse "hormossesualité" qui intrigue Zazie, sont sur-représentés.

Participent encore à ce délire général : Turandot/Luc Van Grunderbeeck tenancier de gargote et son cher Laverdure (perroquet défunt), Charles/Jean-François Rossion le "taquesimane". Et puis il y a, et à la fois: le représentant des forces de l'ordre Trouscaillon, le Satyre, Pédro-Surplus, Aroun Arachide, Bertin Poirée, tous incarnés par un John-John Mossoux filiforme et multiforme .

"La vie. Parfois on dirait un rêve" dit Marceline. Et si tout cela n'était que le rêve de Zazie ? Ou celui de Gabriel: "...à peine plus qu'un délire tapé à la machine par un romancier idiot (oh! pardon)". C'est en tout cas sur fond d'un Paris révolu (surtout celui de Saint Germain des Prés) dont on ressent la nostalgie. Davantage que le tant galvaudé "surréalisme" ne pourrait-on parler d'irréalisme ? Les personnages de Queneau sont des "types" réalistes, des Français moyens placés dans des situations décalées, poétiques. Le monde des adultes n'a pas d'autre possibilité que de se montrer absurde pour Zazie qui sort à peine de l'enfance.

"Tu causes, tu causes, c'est tout ce que tu sais faire"

Réplique récurrente alors que son auteur est cet intellectuel dignitaire du Collège de Pataphysique et de l'OuLiPo, ce mathématicien... mais qui s'intéresse de près à l'enfance, à la féminitude, à l'affirmation (ou non) des sexes, au petit racisme ordinaire et rejets divers, à la Bêtise... et autres sujets bien concrets. Du roman-culte de Queneau l'adaptation, la mise en scène, la scénographie réalisent une version théâtrale qu'on n'oubliera pas de sitôt !


Myriam Youssef et Jean Goovaerts ont oeuvré en parfaite collaboration, se réservant leurs spécialités à chacun : la direction d'acteurs pour l'une, pour l'autre les vidéos et la scénographie d'après ses propres illustrations d'où une pointe de cubisme n'est pas absente...

La lumière d'Alain Collet, les costumes de Thibaut De Coster et Charly Kleinermann, sont de la même veine, l'ensemble donnant une impression de folle gaîté couleur grenadine et goût de cidre ou bonbon acidulé, sans compter les effets... de surprise procurés par tous ces éléments modulables (trappes, plans inclinés, escaliers...) qui, en changeant sans cesse, donnent l'impression d'un belle collection de tableaux animés !

le 24 mai 2017 à 4:07
De : combo Titre : Prêt sérieux et honnête Témoignages de prêt PARENTS, AMIS ET PROCHES, VOUS ÊTES REJETÉ PAR LES BANQUES ?? Plus de besoins de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions Favorables. Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos Affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, Pour la création de vos propres entreprises, pour vos besoins Personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels Allant de 5000 jusqu'à 10.000.000 avec un taux D'intérêt nominal de 2 % quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt Le montant exact que vous souhaiteriez et la date. Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels. Réponse rapide : combojeanluc@hotmail.com
Zazie dans le métro
Bruxelles - Belgique Du 19/04/2017 au 20/05/2017 à Du Ma au Sa: 20h15 - Les Di: 15h Théâtre royal du Parc 3 rue de la Loi, Bruxelles Téléphone : +32(0)2.505.30.30. Site du théâtre Réserver  

Zazie dans le métro

de Jean Goovaerts et Miriam Youssef d’après Raymond Queneau

Théâtre
Mise en scène : Miriam Youssef
 
Avec : Julie Duroisin, Stéphane Fenocchi, John-John Mossoux, Pierre Poucet, Sébastien Schmit, François Regout, Luc Van Grunderbeeck, Jean-François Rossion

Assistanat: Alexandre DROUET
Scénographie (d’après les illustrations de): Jean Goovaerts - Stagiaire: Isabelle de Neuville - Peinture du décor: Geneviève Périat -Menuisiers: Yahia Azzaydi, Patrick Cautaert, Lucas Vandermotten
Lumière: Alain Collet
Vidéo: Jean Goovaerts et Sébastien Fernandez - Mixage: Laurent Beumier - Silhouettes vidéos: Nicole OLIVER, Esther et Lisbeth Goovaerts
Musique, chant, chorégraphie: Isabelle Fontaine
Costumes: Thibaut De Coster et Charly Kleinermann - Réalisation: Elise Abraham, Sarah Duvert - Aide à la réalisation: Sophie Baise - Habilleuse: Gwendoline Rose
Maquillages et coiffures: Urteza Da Fonseca, Florence Jasselette - Stagiaires: Tiuku Deplus, Cindy Planckaert
Direction technique: Gérard Verhulpen - Régie: David Lempereur - Régie plateau: Cécile Vannieuwerburg - Régie son: Jérémy Vanoost - Régie lumière: Noé Francq
Accessoiriste: Zouheir Farroukh
Aide technique: Romain Mauvais

 

Durée : 2h15 (entracte compris) Photo : © Alexandre Drouet  

Création: Théâtre Royal du Parc, Bruxelles (BE)
Soutiens: Fédération Wallonie-Bruxelles/Echevinat de la Culture de la ville de Bruxelles

*Titre en couverture d'un "Magazine Littéraire" qui lui fut consacré (11/1974) - Raymond Queneau (1903-1976)