Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 27 avril 2017
Avec « Songes et Métamorphoses », aux Ateliers Berthier, Guillaume Vincent emboîte en deux parties les contes mythologiques d’Ovide et la comédie féérique de Shakespeare « Le Songe d’une nuit d’été ». Une cascade de mises en abymes pour un programme très (trop) chargé.

Ovide d’abord, Shakespeare ensuite. Chronologique, le parcours théâtral proposé par Guillaume Vincent est légitime tant le dramaturge anglais s’est inspiré du poète et fabuliste latin. Le programme de la soirée s’annonce un peu intimidant avec quatre heures de spectacle servi par un collectif d’une quinzaine de comédiens plus une bande d’enfants.

Mais, prévient d’emblée l’adaptateur et metteur en scène, la première partie a été conçue en fonction de la seconde. Car il y a dans la pièce de Shakespeare une sous-pièce avec des artisans qui montent « Pyrame et Thisbé », une des métamorphoses d’Ovide annonçant Roméo et Juliette. On a donc affaire à un spectacle à tiroirs, à une cascade de mises en abyme, un jeu permanent sur les faux-semblants du théâtre, sur l’illusion qu’à l’âge baroque on appelait « comique ».

Les acteurs commencent par jouer leur propre rôle dans une suite de tableaux contemporains inspirés d’Ovide. Pour autant, cela n’a rien à voir avec la télé-réalité. Il s’agit d’allers-retours entre réel et fiction, d’un cocktail mélangeant les pratiques et les formes du théâtre, le tragique, le comique, la bouffonnerie, le sublime... Passage imperceptible entre représentation et répétition, entre personnages de fiction et personnes réelles. « Une déclaration d’amour au théâtre », déclare Guillaume Vincent toujours aussi enthousiaste.

La première partie est conçue comme une trajectoire. Elle commence par un spectacle de fin d’année scolaire dans le primaire, se poursuit au lycée et enfin sur la scène d’un théâtre en train de se faire, tel que Guillaume Vincent le pratique avec des professionnels pour des créations ou avec des amateurs quand il anime des ateliers en compagnie d’adolescents ou des prisonniers.

L’instit-prof-metteur en scène

Au début donc tout va bien, le spectacle est alerte, drôle, les acteurs enchâssant les contes d’Ovide à leurs métamorphoses personnelles. S’égrènent les histoires de Narcisse puis d’Hermaphrodite, puis de Pygmalion sous la houlette de  l’instit-prof-metteur en scène, Mr Gaillard (joué par l’excellent Gerard Watkins). Avec l’histoire de Myrrha, jeune nymphe raide amoureuse de son père, les choses se compliquent et se pimentent.  Et avec celle de Procné (formidable Emilie Incerti Formentini), cela devient du lourd et on commence à flancher.  Selon Ovide, Procné découvre en effet que son mari l’a trompée avec sa sœur et lui a coupé la langue pour qu’elle ne puisse pas témoigner. La comédienne refusant de partir de son histoire personnelle familiale pour incarner le rôle, on le confie à la femme de ménage du théâtre (qu’elle incarne aussi). Jusqu’à ce que celle-ci devienne Procné et se venge en faisant manger ses enfants par son mari… Entracte !

On reprend le fil avec « Le Songe d’une nuit d’été ». Ce sont pas moins de trois pièces différentes qui s’emboîtent dans cette féerie cuisinée par Shakespeare, plus une proposée par les artisans pour les noces des ducs d’Athènes. L’intrigue, déjà très chargée, est encore plus compliquée par Guillaume Vincent qui accentue les différences entre les trois morceaux du puzzle en les faisant monter par trois metteurs en scène différents.  Et de faire de Titania et Obéron, héros de la première histoire, deux chanteuses interprétant Purcell, Britten, Mendelssohn, trois musiciens qui ont écrit leur propre « Songe »….

On l’avoue on s’est complétement perdu dans cette forêt trop dense. Et l’on ne s’est pas senti la force de la traverser jusqu’au bout. Trop chargé, sans doute….

le 24 mai 2017 à 4:10
De : combo Titre : Prêt sérieux et honnête Témoignages de prêt combojeanluc@hotmail.com PARENTS, AMIS ET PROCHES, VOUS ÊTES REJETÉ PAR LES BANQUES ?? Plus de besoins de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions Favorables. Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos Affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, Pour la création de vos propres entreprises, pour vos besoins Personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels Allant de 5000 jusqu'à 10.000.000 avec un taux D'intérêt nominal de 2 % quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt Le montant exact que vous souhaiteriez et la date. Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels. Réponse rapide : combojeanluc@hotmail.com
le 2 juin 2017 à 11:59
De : Bonjour a tous Titre : Témoignage de retour d’affection rapide Je viens pour témoigner de la compétence d'une personne. certains pourront croire que je suis venu pour lui faire de la pub oui j'accepte puisqu'il le mérite vraiment d'autant plus qu'il a réussir a réaliser mon vœu le plus cher en moins d'une semaine.il y a 4 moi de cela mon ami avait coupé tout contact avec moi parce qu'il était tombé amoureux d'une autre fille de nom Pamela dans son lieu de travail. après une petite dispute sur ce sujet il a décider de rompre totalement avec moi. alors que je l'aimais encore profondément. je ne pouvais pas supporter cela. un jour je me baladais sur le net quand je suis tomber par mégarde sur une annonce parlant de retour de l’être aimé. sans vous mentir des le début je n'avais pas taillé d'importance a cela. mais j'avais quand même garder les contacts du monsieur. tandis que les jours passaient j'avais de plus en plus mal car les amies venaient souvent me dire qu'elles viennent de voir mon ex avec Pamela et qu'ils avaient l'air très amoureux. sans arrière pensé j'ai décidé de contacter le monsieur car comme le disait un proverbe " qui ne risque rien n'a rien" c'est comme cela il m'a demander nos informations pour une consultation sans doute je lui ai fournis tout ce dont il avait besoin. 5 jours après l'usage du produit j'ai reçu un texto de mon ex.un truc du genre " allo bonjour c'était tout juste un petit bonjour comment vas tu?? bref quelque chose de ce genre. je n'en croyais pas mes yeux j'ai expliqué cela au monsieur qui m'a conseiller de ne pas lui répondre que c'est le premier signe. 2 jours plu tard cette fois si c'est un appel. je n'ai pas décrocher car le monsieur m'en avait défendu selon lui et ses divinités si je lui réponds tout est a reprendre a zéro. j'ai suivi ses conseils. mais la troisième jours j'étais dans mon jardin entrain de faire la lecture comme d'habitude quand il est venu. j'ai automatiquement reconnu le son de sa voiture. il était seul j'ai fais comme si de rien n'était. il est entré je l'ai bien accueillir et comme d'habitude je suis venu pour te rendre visite. depuis ce temps il m’envoie des messages sans cesse et essaye de m'appeler et c'est comme ça on a repris peu a peu notre relation. j'aurais appris par la suite il s'est disputer avec l'autre fille et qu'ils ne sont plus ensemble. aujourd'hui il est fou de moi et j'attends même un enfant de lui. alors si je me permet de raconter tout cela c'est pour vous faire croire qu'il existe encore le vrai. Vous pouvez avoir des service de ce maître pour résoudre vos différend . je vous laisse Voici sont contacte Tel/whatsapp: 229 61 82 42 84 tel/viber: 229 61 82 42 84 tel: 229 61 82 42 84 Email: maitredjakpata@gmail.com Email:hebiossomaitre@gmail.com site web :https://maitredjakpata.wixsite.com/retour-affectif
Songes et Métamorphoses
Paris 17è Du 21/04/2017 au 20/05/2017 à 19h30 Odéon-Ateliers Berthier Angle de la rue Suarès et du Bd Berthier Téléphone : 01 44 85 40 40. Site du théâtre

Le dimanche à 15h

Réserver  

Songes et Métamorphoses

de Guillaume Vincent

Théâtre
Mise en scène : Guillaume Vincent
 
Avec : Elsa Agnès, Paul-Marie Barbier, Candice Bouchet, Lucie Ben Bâta, Emilie Incerti Formentini, Elsa Guedj, Florence Janas, Hector Manuel, Estelle Meyer, Alexandre Michel, Philippe Orivel, Makita Samba, Kyoko Takenaka, Charles Van de Vyver, Gérard Watkins, Charles-Henri Wolff

Scénographie : François Gauthier-Lafaye

Lumières : Niko Joubert

Composition musicale : Olivier Pasquet et Philippe Orivel

Son : Géraldine Foucault,

Costumes : Lucie Durand

Durée : 4h Photo : © Elisabeth Carecchio