Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 29 mars 2017
Où l'on apprend qu'un mariage peut en cacher un autre, car au-delà de l'heureuse union de deux jeunes gens, sera évoquée l'union de l'Amertume à la Fête, et comment la gaîté peut opérer une magistrale désescalade.

Mais quel accueil sympa ! Alors que le spectateur s'apprête à prendre place dans la salle, un petit carton sur le fauteuil choisi le dit:"c'est magnifique que vous soyez tous là ce soir."

Face public, sur scène, deux tables sont dressées. Deux des quatre protagonistes s'affairent à la distribution de "bulles et petits fours" dans le public. Ce sont vraisemblement les témoins tout endimanchés d'un couple attablé à l'une des deux grandes tables recouvertes de nappes blanches: une jeune femme en robe de mariée et un jeune homme tout raide dans un costume strict. L'autre table, en perpendiculaire côté cour, offre un buffet alléchant. Côté jardin, deux musiciens avec leurs instruments, patientent...

La scène représente donc bien un repas de noces et l'amusement forcé qui va l'accompagner; sourires et cotillons de rigueur. Mais assez rapidement, le ton va changer.

Le projet qui a pris pour point de départ la scène de mariage d'"Ivanov" de Tchékov puise sa principale inspiration dans les écrits de l'essayiste et écrivain français Philippe Muray. On imagine bien les discussions et impros qui ont fini par nourrir, et aboutir à, cette fameuse "écriture de plateau" fort apppréciée des jeunes compagnies.

Le spectacle prendra une forme assez indéfinissable, se rapprochant de la performance. Beaucoup d'accessoires joueront un rôle actif, dont des "consommables", symboles de cette société de consommation qui va se trouver mise sur la sellette,"cité de cauchemar en rose""le Bien et la Fête ne connaissent pas de limites".

Société du spectacle à la Debord, société qualifiée d'"Empire du Bien" dont le "Triomphe" est à dénoncer, et même à "saboter"... "Cet "imprécateur" de Muray parle d'"Homo Festivus" (incarnation grotesque de l'humain ordinaire), de "régression anthropologique", et de "tout à l'égo infantile". Il s'en prend aussi bien à la téléphonie mobile ("dose de plus de servitude") qu'aux Fêtes et Commémorations organisées ou au Sport et ses Grand'Messes, au raccolage des médias... et autres "vanités" de notre temps.

Le concept et la mise en scène sont dus à la jeune Clémentine Colpin et la création de "Save the Date" a eu lieu en Suisse, au Théâtre de Vidy-Lausanne. Ce n'est pas la plume lyrico-dénonciatrice de Muray que le spectacle fait entendre mais les soliloques beaucoup plus ordinaires de chacun des acteurs et actrices (il n'y aura que peu de véritable communication entre eux). On aurait pu s'attendre à plus d'audace réelle que des petits jeux de provoc' anodine.

Après le début insidieux qui voulait faire croire à une convivialité de bon aloi, chaque personnage SansNom: Pauline Desmarets, Marouan Iddoub, Mélissa Roussaux, David Scarpuzza, viendra "jeter un froid", "saper l'ambiance", en se livrant face public à un numéro de confidences personnelles, tel le Narcisse moderne qui n'arrête pas de se "selfieser"...

Apitoyement sur soi, constat de la perte de repères, remise en question de la Performance, de la Réussite à tout prix, recherche éperdue de sexe et d'amour (disons d'affection)... le dernier monologue étant le plus impressionnant de mal-être désespéré. Il aurait fallu sans doute davantage de la verve ricanante de Muray plutôt que ces confessions certes pleines de "naturel", mais complaisantes et longuettes.

Quant aux deux musiciens, Gabriel Govea Ramos et Thomas Raa, ils sont plongés dans leur univers de sons, jusqu'à faire éclater les tympans, autre fuite en avant... qui signe la fin du spectacle. 
Dans leur quête incohérente de reconnaissance qu'ils appellent "amour", tous semblent dire avec Stig Dagerman: "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier"...

Save the date
Bruxelles - Belgique Du 22/03/2017 au 30/03/2017 à les 22,23,24,25,28,29,30/03: 20 h + les 23 et 30/03, également à 13h30 Marni Rue de Vergnies, 25 (place Flagey) Téléphone : +32 2 639 09 80. Site du théâtre Réserver  

Save the date

de création collective

Théâtre
Mise en scène : Clémentine Colpin
 
Avec : Pauline Desmarets, Gabriel Govea Ramos, Marouan Iddoub, Thomas Raa, Mélissa Roussaux, David Scarpuzza

Concept:  Clémentine Colpin
Assistanat: Olivia Smets
Création musicale et sonore: AsideB (Gabriel Govea Ramos et Thomas Raa)
Création lumière: Judith de Laubier
Scénographie: Camille Collin
Costumes: Clémentine Colpin, Pauline Desmarets, Mélissa Roussaux
Ingénieur son: Luca Derom
Dramaturgie: Clémentine Colpin, Manon Krüttli
Regard extérieur: Elie Grappe
Régie: Judith de Laubier

Durée : 1h15 Photo : © Hélène Portier  

Création-production: La MueSer Compagnie
Accueil : Théâtre Marni, Bruxelles
Soutiens: Tournées Art & Vie/Province de Namur

Lire: la préface à "L’Empire du Bien" de Philippe Muray (1945/2006) édité en 2014 chez "Les Belles Lettres", Paris