Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 28 mars 2017
Au 104, dans le cadre du Festival Séquence Danse, Emmanuel Gat présente deux pièces pour cinq danseurs, « Gold » et « Sacre ». Un mélange singulier de danse sophistiquée et sensorielle, de violence sauvage et de sensualité délicate.

Abonné au chiffre cinq, Emmanuel Gat creuse le déséquilibre entre les sexes suscité par ce chiffre impair, entraînant une formation des couples (donc des duos) aléatoire, évolutive. Sans toutefois vouloir se figer, l’artiste qui signe chorégraphie, costumes et lumières, propose une version remodelée de deux pièces écrites dans la dernière décennie.

En premier lieu« The Golandbergs », pièce créée en 2013 pour huit danseurs, est ramenée ici à cinq danseurs (trois garçons et deux filles) et devient « Gold ». Une recréation qui témoigne d’un retour à l’essentiel. Mais le projet repose toujours sur l’entrelacement de deux  œuvres interprétées par Glenn Gould : ses légendaires « Variations Goldberg », de Jean-Sébastien Bach, et « The Quiet in the land », documentaire radiophonique conçu par le pianiste canadien en 1977 sur une communauté mennonite du Grand Nord.

Dense, la chorégraphie composée à la manière d’une fugue musicale veut évoquer l’histoire d’une famille, relevant des correspondances entre le geste et la pensée, l’individu et le groupe. Entrecoupée de quelques silences/pauses, la pièce offre un mélange de tendresse et de violence, d’élans d’affection et de mysticisme contenu.

Sur des pas de Salsa

Organisation inverse pour la pièce suivante « Sacre » avec deux garçons et trois filles. Daté de 2004, le ballet qui valut au chorégraphe israélien une renommée mondiale reprend le mythique « Sacre du printemps » de Stravinsky. Si la mise en espace et l’enchaînement des mouvements ont évolué, le projet reste le même : désacraliser le « Sacre » en le faisant danser sur des pas de salsa. Le plateau est circonscrit à la dimension d’un tapis sur lequel les danseurs évoluent, mais s’en éloignent par à-coups, en quête d’on ne sait quelle échappatoire.

Toujours dans l’instabilité, les duos se font et se défont au rythme d’un mouvement perpétuel extrêmement précis, un tourbillon hypnotique formant un rite curieux, aux confins de l’étrange.

Sacre/Gold
Paris Du 25/03/2017 au 30/03/2017 à 21h 104 5 rue Curial 75019 Téléphone : 01 53 35 50 00. Site du théâtre Réserver  

Sacre/Gold

de Emanuel Gat

Danse
Mise en scène : Emanuel Gat
 
Avec : Pansun Kim, Michael Löhr, Genevieve Osborne, François Przybylski, Milena Twiehaus, Anastasia Ivanova, Sara Wilhelmsson, Ashley Wright

Lumières, costumes : Emanuel Gat

Durée : 1h30 Photo : © DR