Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 10 février 2017
« Tree of Codes », le nouveau ballet de Wayne McGregor pour les danseurs de l’Opéra de Paris, réunit des stars de la création contemporaine. Une expérience étourdissante.

Conjugaison du son, de la danse et de la lumière, « Tree of Codes » rassemble la fine fleur de la création contemporaine. Outre le chorégraphe Wayne McGregor, le spectacle expérimental et total, créé  au Manchester international Festival en juillet 2015, convoque le musicien Jamie xx et le plasticien Olafur Eliasson. Cette quatrième chorégraphie de McGregor pour les danseurs de l’Opéra de Paris auxquels sont joints ceux de sa propre compagnie fait une entrée fracassante dans les ors et velours du Palais Garnier.

Les trois artistes ont travaillé de concert sur l’œuvre d’une autre figure de la création contemporaine, l’écrivain américain Jonathan Safran Foer. Et plus particulièrement sur son livre « Tree of codes ». Objet plastique en soi, ce livre-sculpture est l’aboutissement d’un projet de mémoire. Foer a découpé les pages du recueil de nouvelles « The Street of Crocodiles », seule trace de l’écrivain et artiste polonais des années trente Bruno Schulz, juif assassiné par les nazis. Sculptant des vides dans les pages du roman initial, Foer n’en retient que certains mots ou fragments, chaque page percée de trous se lisant comme la trace de tout ce qui a été perdu.

Pour McGregor il s’agit de « donner une autre vision de cette œuvre à travers les mondes de la danse, de l’image et de la musique ». Le ballet est conçu comme « une aventure sensorielle » pour partager les ressentis de ce livre par les trois artistes. A la lisière de la pop et de l’électronique, Jamie xx a superposé les couches sonores. Les pulsations de graves sont trouées d’aigus, entre lesquels des chants viennent s’intercaler de temps à autre.

Bain sensoriel

« Plutôt que de danser dans l’espace, on peut danser un espace » propose pour sa part le plasticien Olafur Eliasson. Et de concevoir le spectacle comme un prisme, ou un kaléidoscope qui englobe la salle. Sculpté de lumières crues produites par des néons ou des projecteurs, le décor est mouvant, sans cesse évoluant. Avec pour élément structurant un grand miroir de fond de scène, lui-même fragmenté par des rayures concentriques qui difractent et démultiplient les corps des danseurs. Miroir doublé d’une sorte de vitrail découpé par des grilles percées de cercles qui s’ouvrent en forme de sphère.

Dans les pulsations du bain sensoriel de la musique, des lumières traçantes qui parcourent le public ou le jeu des reflets renvoyés par le miroir du fond de scène, toute la salle du Palais Garnier est investie. Sans interruption ni baisse de régime pendant une heure vingt, le spectacle démontre si besoin était l’extraordinaire ductilité des danseurs de l’Opéra de Paris qui se fondent dans la troupe de McGregor et n’y déparent pas, portés par une énergie bluffante.

Tree of Codes
Paris Du 06/02/2017 au 23/02/2017 à 19h30 Opéra Garnier Place de l'Opéra Téléphone : 08 92 89 90 90. Site du théâtre Réserver  

Tree of Codes

de Wayne McGregor

Danse
Mise en scène : Wayne McGregor
 
Avec : Les danseurs du Ballet de l’Opéra national de Paris et de la Company Wayne McGregor

Musique : Jamie xx

Scénographie : Olafur Eliasson

Lumières : Rob Haliday

Son : Nick Sagar

 

Durée : 1h20 Photo : © Little Shao