Thibaut RADOMME Bruxelles
Contact
Publié le 8 février 2017
En ce frileux mois de février, le Magic Land nous plonge dans l’ambiance fascinante du « misérable » XIXe siècle et de ses belles utopies révolutionnaires. Paris, 1871, la Commune, les barricades, la liberté... Mélopolis, la ville des mélodrames ?

Sorte de melting-pot assumé de références culturelles hétéroclites, le texte écrit par Patrick Chaboud est un ogre littéraire capable de tout digérer : faisant se croiser les personnages de son invention avec ceux, devenus légendes, des Misérables de Victor Hugo (Cosette, Gavroche, les Thénardier, Javert) ou d’autres encore qui, pour être historiques, n’en sont pas moins légendaires (Jules Vallès, Eugène Pottier), l’auteur compile pêle-mêle Le Temps des cerises, la célèbre chanson de Jean-François Chaponnière Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire (déjà intégrée par Hugo à son propre roman), une très belle évocation du célébrissime tableau La Liberté guidant le Peuple d’Eugène Delacroix lors de la scène finale sur les barricades… et même des extraits d’un autre de ses spectacles, Les Enfants de la butte, joué à plusieurs reprises dans des festivals de théâtre de rue !

De ce point de vue-là, Chaboud réalise sans nul doute un tour de force littéraire. Cependant, comme dit le proverbe, qui trop embrasse mal étreint… ou plutôt : qui n’embrasse pas la bonne personne étreint à côté de ses pompes ! Mélopolis a sans doute un certain souffle – voire un souffle certain –, mais il manque de drôlerie : non seulement cela ne manque pas de dérouter (et même décevoir) l’aficionado du Magic Land qui, disons-le sans fausse pudeur, vient d’abord pour prendre froid de la glotte (à force de rire à gorge déployée), mais surtout les près de 3 heures que dure le spectacle, entracte compris, se révèlent du coup… un peu longuettes !

Commune envie de liberté

Ce grief formulé, il faut signaler tout de même la belle qualité du spectacle : les scènes de marionnettes (qui ne peuvent manquer de rappeler à tous les nostalgiques et grands enfants l’époque glorieuse où Malvira sévissait sur la première chaîne), les nombreux moments drôlissimes (l’exceptionnelle scène de l’haltérophile, le duo comique des bourgeois à leur fenêtre, les disputes du couple Thénardier) ou bien encore l’émouvant tableau final admirablement chorégraphié au ralenti dans les très belles lumières rougeoyantes de François Noé et les décors évocateurs d’Yves Goedseels, Isis Hauben et Aline Claus.

Un spectacle ambitieux donc, et étonnamment émouvant, qui n’atteint pas les sommets de cocasserie grand-gignolesque qu’on aime tant au Magic, mais qui saura vous faire passer un agréable moment entre rire et larmes, au son de chansons que même les moins de vingt ans  connaissent.

Melopolis
Bruxelles - Belgique Du 27/01/2017 au 12/02/2017 à 20h00 - di :15h30 Magic Land Theâtre rue d'Hoogvorst, 8-14, 1030 Schaerbeek Téléphone : 32 (02) 245 50 64. Site du théâtre Réserver  

Melopolis

de Patrick Chaboud

Théâtre
Mise en scène : Patrick Chaboud
 
Avec : Muriel Bersy, Daniel Cap, Cécile Delberghe en alternance avec Anne-Isabelle Justens, Christelle Delbrouck, Nathalie Lambert, Thomas Linckx, John-John Mossoux, David Notebaert, Xa

Décors : Yves Goedseels, Isis Hauben, Aline Claus

Lumières : François Noé

Musique : Hugues Maréchal

Costumes : Frédéric Neuville

Durée : 2h45