Michel VOITURIER Bruxelles
Contact
Publié le 18 mai 2016
Voilà un livre qui manquait. Il a les qualités et les défauts de ce qui se tente encyclopédique mais réalisé par un seul homme forcément pas spécialiste en tout.

Le livre se présente d’abord comme élémentaire : ceux qui s’y connaissent un peu le trouveront trop évident au premier degré ; ceux qui sont plutôt profanes y découvriront d’intéressants renseignements et des pistes à suivre. La concentration et la diversité des informations en font néanmoins un ouvrage utile.

Sénéquier cherche à aborder sous un maximum d’angles tous les problèmes liés à la mise en scène. C’est dire qu’il traite aussi bien le droit d’auteur, le statut juridique des troupes professionnelles et d’amateurs, les périodes les plus propices aux représentations, la description d’un plateau, le vocabulaire propre au théâtre, l’évolution historique de l’art dramatique... Afin d’accentuer le côté pratique de l’ouvrage, l’auteur l’a parsemé de quelques pictogrammes récurrents permettant à l’œil de repérer facilement une définition, une référence, une idée de mise en scène, un élément à risque.

Pour ceux qui s’imagineraient que mettre en scène c’est donner aux comédiens un décor qui puisse plaire au public, leur dire quels déplacements ils effectuent sur l’espace scénique et faire un plein feu permanent avec de temps à autres des effets de couleur, Sénéquier insiste bien sur le fait qu’il est d’abord nécessaire d’avoir une vision personnelle de la pièce. Car le vrai travail consiste à proposer aux spectateurs une perception qui mette en valeur des thèmes, qui donne un rythme et une musique au texte à jouer, qui ancre l’œuvre dans une actualité ou une référence historique.

Sénéquier ne ménage aucune des étapes du travail de préparation, de répétitions. Il insiste sur l’occupation de l’espace scénique. Il évoque décor et lumières sans oublier bruitage et bande son. Il ajoute même les effets spéciaux réalisables avec de l’eau, du feu, de la vidéo ou divers appareils électriques.
 



Une somme impressionnante et quelques détails négligés

Reste que des imprécisions ou des choix d’exemples çà et là peu judicieux, parfois davantage empruntés au cinéma qu’au théâtre, font un peu…amateur.  Parler de Maeterling au lieu de Maeterlinck est quand même un peu gros. Évoquer un spectacle sans le support d’un texte joué en citant Acte sans parole de Beckett, c’est oublier le célèbre Le Bal de Penchenat et du Campagnol ; c’est aussi ignorer des œuvres uniquement didascaliques comme Le pupille veut être tuteur de Peter Handke ou une série de réalisations sur le quotidien par Mladen Materic.

Affirmer qu’il n’existe plus de théâtre nomade est une contrevérité. Des compagnies comme « Les Baladins du Miroir » ou « Les 6 faux nez » de Belgique, ou, pour la France, la Troupe itinérante de Damien Droillard, voire « La Passerelle » ou, jouant sous une yourte, « Polka »: toutes continuent à aller d’une ville à l’autre comme les cirques.

Bien que ce soit une exception, il arrive que le metteur en scène, durant les représentations, ne soit ni en régie, ni en coulisses, ni dans la salle mais bel et bien sur scène. Ce que faisait Kantor, se comportant alors comme une sorte de chef d’orchestre.

Cet essai de Sénéquier apporte néanmoins une masse d’informations qui seront utiles aux futurs metteurs en scène. Il reste à écrire maintenant un livre qui fasse l’inventaire des principales trouvailles qui ont apporté du neuf sur scène au fil des générations. Chacun pourrait alors puiser dans les possibles pour nourrir son travail de monter un spectacle.

C’est-à-dire ce qu’ont apporté les Copeau, Antoine, Dullin, Stanislavski, Jouvet, Vilar, Barrault, Besson, Grotowski, Brook, Strehler, Wilson, Vitez, Planchon, Chéreau, Mnouchkine, Kantor, Régy, Marleau, Sireuil, Castellucci, Dussenne, Mouawad, Pommerat et tant d’autres.  En y ajoutant les procédés proposés par Brecht pour jouer avec la distanciation et montrant ainsi les influences de pratiques théâtrales orientales ou venues du passé culturel de peuples exotiques.

Manuel de mise en scène

Lire : Axel Sénéquier, Manuel de mise en scène pour les passionnés de théâtre débutants ou expérimentés, Laverune, L'Entretemps, 2016, coll. Les points dans les poches, 257p. (14,25 €)