Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 21 mars 2016
Ne dites plus "science-fiction", dites "utopie"; la SF n'est pas morte donc, elle a pris un masque plus tendance pour ces dernières observations et extrapolations d'un peintre de notre société moderne et postmoderne... "Posthumaine" ?

Quelle bonne surprise de retrouver un Paul Pourveur (par ailleurs dans le même temps à l'affiche d'un autre théâtre), porté à la scène par une jeune équipe de comédiens bilingues ! Le "Groupe Sanguin" s'est approprié avec beaucoup d'inventivité et de dynamisme un thème où le talent de cet auteur s'exprime le mieux : le débat de société induisant la critique.... même si l'intime fait irruption à la fin, une fin qui aurait pu être plus condensée.

Ecrit en néerlandais (à l’origine pièce radiophonique), ici en version bilingue, "Plot your city", comprend "Babel City" et "Panoptic City", deux villes imaginaires, mais inspirées des mégapoles actuelles telles Dubaï ou Singapour, situées dans un futur proche. Dans chacune, un concept, des caractéristiques, sont poussés jusqu’au bout de leur logique propre, de manière paroxystique.

A "Babel City", la vitesse est reine partout. C'est le règne de l'instantané, de la brièveté des rapports humains et des relations amoureuses, de la sur-communication, du développement incessant des déplacements et des transports...

A "Panoptic City", les habitants sont vus uniquement comme des consommateurs qu'il faut sans cesse inciter à l'achat de produits. Tout y est production de consommation et là c'est le commerce qui est roi, et consommer une activité principale. Les offres spéciales, "promos", soldes, rythment la vie des citoyens sur fond de musique "soft" et d'annonces micro; on y super-communique et super-consomme.

Et l'on peut remplacer "super" par "hyper", "mega" et autres préfixes, superlatifs déjà employés couramment de nos jours... de même que les "speed dating", "obsolescence programmée", "neuromarketing"... etc, encouragés, magnifiés, dans ces villes futuristes flirtant avec le totalitarisme.

La présentation des deux villes commence chaque fois par un exposé vendeur pour passer ensuite à la pratique, la démonstration de tous les excès, dérives... mais aussi les failles et les contradictions. Chaque ville met en scène des personnages anonymes, influencés, contaminés par le milieu dans lequel ils vivent qui nie les émotions et sentiments humains, tout en promettant le bonheur avec ces fondements d'une nouvelle manière de vivre.

De tous temps (et jusqu'aux plus anciens) le "Penseur" s'est évertué à pousser à réfléchir ses contemporains sur la réalité (apparente ou plus cachée) de la société qui l'entoure au moyen de son imagination, en lui montrant des concepts plus ou plus moins proches ou très éloignés de ce qu'il vit. Paul Pourveur fait de même aujourd'hui.

Il y a un troisième volet, intime celui-là, qui évoque un conflit familial autour d'une succession après le décès du concepteur d'un de ces grands centres commerciaux comme il en pousse régulièrement de nos jours au détriment du petit commerce de quartier. Dans ces échanges, les personnages existent vraiment, sont davantage que des "incarnations de références ou attitudes"...

La mise en scène est collective et ne cache rien de ses options : changements à vue, acteurs présents en permanence sur le plateau dès l'entrée en salle du public, qu'ils saluent et à qui il s'adressent constamment. C'est avec une grande fluidité que la parole (bilingue !) circule, sans le moindre temps mort dans tous ces changements de tempo, de personnages pour quatre comédiens et un comédien-musicien en direct. Par contraste, c'est avec trois fois rien que les acteurs construisent leurs mégalopoles imaginaires; avec leurs moyens humains: imagination, inventivité, esprit ludique.

Imaginez, construisez, votre cité !
 

Ces deux villes ne sont que la première partie d'un spectacle en projet qui devrait en comporter deux autres: "Generic City" et "Junk City". Soit un quatuor qui constituera quatre visions différentes de la ville mais qui est tout à fait séparable, pouvant ouvrir chez chacun d'autres "possibles" sur "la façon dont nous construisons nos villes, et dont elles nous façonnent".

"Généric City" prône le renouveau, l'oubli du passé avec une ville entièrement reconstruite sur les cendres de la précédente et "Junk City" illustre le syndrome du survivant, elle est ce qui reste de l'activité humaine après un crash des système économique, politique et social.

"Le Groupe Sanguin" qui a travaillé et travaille donc encore sur ce projet, est un tout jeune collectif fondé en 2009, actif réellement depuis 2012. Il se compose de cinq comédiens: Lénaïc Brulé, Yannick de Coster, Adrien Hoppe, Nicolas Matthys et Anaïs Spinoy, un compositeur: Gary De Cart et un scénographe: Thomas Delord. 

Leur démarche est à la fois de "s’intéresser à des auteurs belges contemporains, à des formes d’écriture novatrices, d’intégrer un travail d’expérimentation sonore, de s’ouvrir à la sphère culturelle flamande et tout simplement de "comment raconter une histoire à plusieurs". "Plot Your City" est leur deuxième projet.

Quelle influence les villes, architecture, urbanisme, modes de fonctionnement, organisation... ont-elles sur les habitants, et inversément ? Mais ces derniers ont-ils, eux, une influence sur la vie urbaine, aujourd'hui et demain ? Comment sera la ville en construction... avec ou sans ses citoyens ? Qu'est-ce que "la modernité" ? La place de l'être humain est-elle possible au milieu du béton ? Les questions se bousculent; le spectacle terminé la réflexion va perdurer encore longtemps !

Plot your city (Babel et Panoptic city)
Bruxelles - Belgique Du 08/03/2016 au 26/03/2016 à ma-sa: 20h30 Atelier 210 Chaussée Saint Pierre, 210, 1040 Bruxelles/Etterbeek Téléphone : +32(0)2 7322598. Site du théâtre Réserver  

Plot your city (Babel et Panoptic city)

de Paul Pourveur

Théâtre
Mise en scène : Collectif Groupe Sanguin
 
Avec : Lénaïc Brulé, Gary De Cart, Yannick de Coster, Adrien Hoppe, Anaïs Spinoy

Scénographie: Morgane Steygers
Création sonore: Gary De Cart
Création lumière: Clément Papin
Costumes: Delphine Mathy
Coach vocal: Charles-Henry Boland
Régisseur surtitrage: Geoffrey De Decker

Spectacle bilingue, français et néerlandais, surtitré FR et NL

Durée : 1h20 Photo : © Alice Piemme  

Création-Production: Groupe Sanguin - Chargée de diffusion: Marguerite Topio
Soutiens: Atelier 210, Bruxelles/Delen Private Bank, Vlaams fonds voor de letteren, la Fabrique de Théâtre, Smart,  Art-T, La Bellone, Bruxelles (BE)/Le Théâtre des Doms, Avignon (FR)/L'Escaut, KC Nona et le Centre des Arts Scéniques, La Cocof (BE)

Par comparaison, voir les "Cités Végétales" de Luc Schuiten: http://www.vegetalcity.net/ bien différentes aussi des histoires de "Cités Obscures" de son frère, François Schuiten...