Cécile STROUK Paris
Contact
Publié le 27 août 2014
Rebekka Kricheldorf est une auteure allemande, qui vit à Berlin et voyage beaucoup. Elle a présenté une de ses pièces à la Mousson, "Extase et Quotidien", sur un quarantenaire dépressif atteint du syndrome de Peter Pan mais pas que. Son écriture, qui navigue habilement entre intellectualisme et vulgarité, son humour, incisif, et la qualité des dialogues nous ont conquis. En plus de nous faire beaucoup rire.

L'édition 2014 de la Mousson d'été a pour thématique la peur. Et la peur, comme émotion, ça commence par une inspiration… Alors on s'est demandé ce que ça vous inspirait, la peur ?

Je n'ai pas de phobie particulière. Je crois même que je n'ai peur de rien. Enfin, si, des piscines vides. Je ne peux pas aller à l'intérieur s'il n'y a personne dedans. Ça m'angoisse. Et, comme beaucoup de gens, j'ai peur de mourir d'un coup.

Les pièces à la Mousson d'été sont lues plus que jouées, tout entières au service du texte. Qu'est-ce que vous lisez, vous, en ce moment ?

Le Dictionnaire des Tracas, qui me fait tellement rire ! Le spectacle d'hier (ndlr : Bouts d'Ugzu) m'a donné envie de lire leur ouvrage. C'était le dernier exemplaire à la librarie de l'Abbaye. La tonalité est proche de mon sens de l'humour. Jouer avec les mots, avec toutes ces petites choses de la vie quotidienne… J'aime les situations banales qui deviennent absurdes.

La Mousson, c'est la rencontre entre des artistes de la scène européenne, voire internationale. Est-ce qu'il y a une façon de faire le théâtre en Europe qui vous séduit particulièrement ?

Je suis sensible à l'humour de l'Est (Pologne, Russie) même si je n'ai pas l'impression qu'il y ait des styles propres à chaque pays. Il y a juste différentes manières d'écrire. J'aime les auteurs surtout, comme Tennessee Williams et sa façon si subtile de saisir l'humanité à travers des personnages forts qui se battent pour leur désir.

Si vous étiez un personnage de théâtre contemporain, lequel seriez-vous ?

Il y a des personnages que j'ai aimés mais je n'ai jamais voulu devenir eux. Je ne m'identifie pas facilement à ce que je vois, en général.

Où et quand peut-on vous retrouver prochainement ?

Extase et quotidien va être jouée en automne à Berlin, au German Theater. Et en octobre, à Gottingham, je présenterai ma dernière pièce, Homo empathicus, sur une société où tout semble aller pour le mieux.

Rebekka Kricheldorf, à La Mousson d'été