Cécile STROUK Paris
Contact
Publié le 28 août 2014
La Mousson d’été fête ses 20 ans. Déjà. Créé en 1995 par Michel Didym sous l’injonction “Venir voir s’écrire le théâtre”, ce festival a très rapidement réussi à se faire un nom en empruntant un axe essentiel pour faire vivre le théâtre : la découverte des écritures théâtrales contemporaines en France, mais aussi en Europe, voire au-delà. Amérique Latine, Europe du Sud, Europe du Nord, Bassin Méditerranéen, Etats-Unis sont autant d’endroits qui ont rythmé les Moussons au fil des ans, créant passerelles et synergies entre les arts des uns et des autres, s’enrichissant dans la diversité, la différence.

Après avoir sondé les notions de pouvoir, de dépendance, de transgression et de liberté, cette année, c'est la peur qui a choisi d'être explorée. La peur comme émotion primaire, la peur comme paralysie. La peur comme symptôme de l'échec d'une pensée politique puissante qui incarnerait des valeurs humanistes. Et, en miroir, le courage, la joie, pour reprendre la vision de la peur proposée par Nathalie Fillion lors d'un impromptu, donné un soir, seule en scène, au micro, l'émotion au corps.

La peur est ainsi au coeur de SaS, théâtre d'opérations et suites cinq étoiles, de Lucie Depauw. Un portrait des blessures laissées par la guerre afghane sur les soldats français. Qui aborde la décompression nécessaire pour se forcer à oublier mais finalement l'échec, car la peur est là, insondable, inexorable et durable.

Elle est aussi, dans une vision plus domestique, dans la pièce de l'Allemande Rebekka Kricheldorf, Extase et Quotidien. L'histoire d'un quadragénaire qui, effrayé de tout, n'assume rien. Ni son statut de père, ni celui de mari, d'amant et de fils. En fuite permanente, replié, caché derrière un asthme qui surgit dès que les événements le dépassent. La peur affleure également lors de l'Examen, création franco-allemande qui questionne la notion de jugement en mettant le public à la place de jurés face à 9 candidats. Sur quels critères juge-t-on, et avec quelle honnêteté et courage le fait-on ?

Enfin, Julie Pilod, lectrice et interprète des trois femmes israélo-palestiniennes nées de l'imagination de l'Italien Stefano Massini, qui donne à voir, avec Credoinunsolodio, une image saisissante de la peur. Entre réflexion inextricable et obsédante sur le conflit et réalité crue de la bombe qui fait exploser les corps. Celui qui craint la peur, qu'il demeure donc au rivage. Les Moussons sont là pour l'affronter à pleine voix.

Un hymne au théâtre vivant

On assiste également à des créations qui contournent le sujet pour venir chatouiller d'autres genres. Plus absurdes, plus en décalage. L'iconoclaste Hervé Blustch présente des chroniques radiophoniques où de Gaulle fait un ménage à trois avec son conseiller particulier, où un homme découvre qu'il a épousé une autruche et les conséquences fâcheuses que cette prise de conscience entraîne dans le quotidien du couple…

Mais aussi les visites insolites proposées à Pont-à-Mousson où le village lorrain devient le théâtre de crimes sanglants. Ou encore Bouts d'Ugzu, brillant texte de Jean-Claude Leguay, Christine Murillo et Grégoire OEstermann. Auteurs et interprètes, ils échangent sur les petits tracas de la vie quotidienne, avec rythme, finesse et jubilation, séduisant un public hilare.

La Mousson, c'est toute cette gamme de tonalités, de personnalités, de couleurs, de polyphonies et de musicalités qui se mélangent, avec pour seule ambition celle de donner un peu de résonance à des artistes qui aiment leur art. Dans un endroit qui fait écho à cette approche pure et authentique des choses : l'Abbaye des Prémontrés, vaste bâtiment du XVIIIème siècle en bordure de la Moselle, devenu centre culturel de la région de Lorraine. C'est là que se croisent, le temps d'une semaine, comédiens, auteurs, metteurs en scène, techniciens, journalistes et autres férus de théâtre, dans une ambiance conviviale où les mots fusent au rythme d'échanges passionnés.

La Mousson est arrivée à un âge d'or en mesure de donner au théâtre ce pouvoir, dixit Michel Didym, de "ramener l'ordre mental".

La Mousson d'été 2014
Pont-à-Mousson - Mousson d'été 2014 Du 22/08/2014 au 28/08/2014 Abbaye des Prémontrés 9 Rue Saint-Martin, 54700 Pont-à-Mousson Téléphone : 03 83 81 10 32. Site du théâtre  

La Mousson d'été 2014

de Michel Didym

Théâtre   Photo : © DR