Thibaut RADOMME Bruxelles
Contact
Publié le 27 juin 2012
Le Théâtre de la Monnaie achève sa saison avec une production remarquable de "Il Trovatore", cet opéra de Giuseppe Verdi contant la rivalité de deux hommes qui, ignorant qu'ils sont frères, se haïssent pour l'amour d'une femme.

Parce qu'il ne fait jamais rien comme autrui, le metteur en scène russe Dmitri Tcherniakov a décidé de proposer une relecture tout à fait originale de la fable de ce Trovatore. Transposant l'histoire à l'époque contemporaine, il en bouleverse radicalement la dramaturgie et, mettant aux prises les protagonistes principaux dans un huis clos anxiogène, il crée une situation particulièrement explosive, où les allers-retours constants du passé au présent seront l'occasion d'un drame sanglant. Le résultat est bluffant !

Le pari de raconter une histoire autre sans changer une ligne du texte – respect de la musique oblige – était une gageure aussi risquée qu'elle est réussie et convaincante : l'interprétation de Tcherniakov fait  sens et jette une lumière nouvelle et tragique sur le livret de Salvatore Cammarano et Leone Emanuele Bardare. Le tout « colle » si bien qu'on croirait presque entendre le récit original !

Excellente distribution

Le seul défaut de cet épatant stratagème est qu'il contraint le metteur en scène à un long prologue silencieux, où les chanteurs miment la situation initiale de la relecture de Tcherniakov, avant le début de l'opéra proprement dit. Passée cette artificialité, on ne peut qu'être séduit par l'habile mécanique et se demander, tant elle fonctionne sans heurt, comment on n'y avait pas pensé plus tôt.

Le spectacle est servi par une excellente distribution, chacun des interprètes négociant avec bonheur les difficultés de la partition, qui exige de trouver l'équilibre entre une grande puissance vocale et l'expression délicate, belcantiste des sentiments des personnages, à mi-chemin entre la technique et l'émotion. Mention spéciale pour Misha Didyk, qui campe un très bon trouvère.

La direction est assurée de main de maître par Marc Minkowski, dont on avait déjà pu apprécier le talent entre autres dans l'excellente production des Huguenots de Giacomo Meyerbeer en juin dernier. Quant au plaisir d'écouter la musique de Verdi, dramatique et sonore, il est toujours intact. Bref, que du bonheur en cette fin de saison !

le 8 juillet 2012 à 9:35
De : Vanbeggelaer Titre : Très déçus Je n'ai vraiment pas accroché à cette mise en scène. L'idée semblait bonne sur papier, mais rien ne tient. Le choeur est absent de la scène, ce qui rend la lecture de l'action très difficile. Et puis, le fait de mettre en lieu clos les 4 protagoniste, les obligent à être toujours présent sur scène, même lors d'acte où ils n'apparaissent pas. Essayant donc de justifier leur présence. Ce qui a fait réagir la salle aussi, fut la modernité des chips et des saucisses. Rare sont les opéras où l'ont mange et jour avec des sachets de chips Crocky et des boîtes de saucisses Zwann. La soirée fut bonne par la musique et le champ, mais j'avoue avoir plusieurs fois fermé les yeux pour ne pas être dérangé par la mise en scène.
Il Trovatore
Bruxelles - Belgique Du 10/06/2012 au 06/07/2012 à 20:00 - 15:00 La Monnaie Place de la Monnaie, 1000 Bruxelles Téléphone : +32 70 23 39 39. Site du théâtre Réserver  

Il Trovatore

de Giuseppe Verdi

Opéra
Mise en scène : Dmitri Tcherniakov
 
Avec : Scott Hendricks, Dimitris Tiliakos, Misha Didyk, Sylvie Brunet-Grupposo, Marina Poplavskaya, Giovanni Furlanetto

Direction musicale : Marc Minkowski

Décors : Dmitri Tcherniakov

Costumes : Dmitri Tcherniakov et Elena Zaytseva

Éclairages : Gleb Filshtinsky

Chef des choeurs : Martino Faggiani

Orchestre symphonique et choeurs de la Monnaie

Konzertmeister : Nana Kawamura

Durée : 2h45 Photo : © Bernd Uhlig