Jean-Pierre BOURCIER Avignon
Contact
Publié le 11 juillet 2011
Une comédie fleuve ou plutôt une farce pointant, avec sa flopée de personnages, les curiosités d'une société de plus en plus corsetée par le totalitarisme. La mise en scène de Patrick Pineau de ce « Suicidé », pièce écrite en 1928 par le russe Nicolaï Erdman, surprend, déconcerte, et s'impose après rodage.

La première du « Suicidé » le 6 juillet dans la Carrière de Boulbon a déconcerté plus d'un spectateur. Pourtant, les talents du metteur en scène et acteur Patrick Pineau, de ses comédiens/comédiennes comme Anne Alvaro, Sylvie Orcier, Hervé Briaux ... (ils sont pas moins de 18 en tout dans la distribution) et de tous les créateurs d'éléments technico-artistiques, sont reconnus. Que s'est-il donc passé ? Car peu de jours après, l'affaire a tournée bien autrement.

Certes, la tension est toujours forte lors d'une première. Et en ce récent 6 juillet, manifestement, les comédiens n'étaient pas vraiment dans leurs habits. Quelques trous d'air, des flottements qui cassent le rythme, des voix qui se forcent. Cette farce, où le lointain mais puissant pouvoir politique s'incruste sans en avoir l'air, patinait pas mal ce soir là. Cette sublime et difficile Carrière de Boulbon, Patrick Pineau la voulait. Etait-ce le bon choix ? Même si quelques jours après, la troupe était à l'unisson, cet énorme espace accueille mieux les légendes, les mythes ou les mystères que l'agitation permanente d'une comédie, même haute en couleur, drôle et grinçante.

Elle est donc promise à un long voyage cette pièce qui nous installe dans une Russie déjà soviétique où chacun cherche un sens à son avenir, s'accommode d'habitations exiguës, de petits boulots. Le -pas encore- « suicidé » Sémione Sémionovitch (Patrick Pineau dans le rôle) est au chômage. Sa femme, elle travaille. Une nuit, il se réveille pris d'une fringale de saucisson de foie ! Pas simple pour la conscience de « manger » une partie du salaire de sa concubine. De là les quiproquos s'enchaînent, surtout quand un voisin croit voir un pistolet à la place du saucisson. Ou encore quand il est proposé au héros de jouer de l'hélicon pour gagner un peu d'argent et ne pas être un "planqué" de la société.

Il se passe toujours quelque chose sur la scène. Les autorités, qu'elles soient politiques, familiales ou religieuses ne lâchent pas le bonhomme et la musique est partout. Sémione doit se suicider « au nom de l'intelligentsia » ! Avec ces personnages, qu'ils soient croque-mort, écrivain, diacre, modiste ou type douteux, Nicolaï Erdman montre là, un monde qui a perdu la boussole, un cirque coincé par un pouvoir qui veut tenir toutes les ficelles. L'auteur est mort en 1970 sans avoir vu sa pièce jouée devant un public car alors interdite. Il était lui-même interdit de théâtre.

le 14 juillet 2011 à 1:07
De : jean-noël thuillier Titre : suis ci devant la scéne Vous évoquez le choix maladroit de la scene de la carrière de Boulbon.j ai vu la piece à la TV ce Dimanche.l espace-perspective televisue(le)apporte une aisance supplémentaire à ce que représente initialement l'esplanade d'un camp retranché.le pseudo kholkose imposé éclate et donne aux acteurs le souffle de s'ébrouer et tonitruer (peut être un peu forcé il est vrai par la necessite de traverser ce grand air) il m est apparu que les personnages etaient joués par les prisonniers d un camp de concentration de la derniere guerre à qui l'on on avait permis de s'émanciper pendant deux heures pour faire une parodie burlesque de leur condition de bagnards,pris au piège de ce qu'ils pensaient être un mode libératoire. sur le fond, l idée de faire de ce pauvre Semio Kolselnikov(..?) une victime malgré lui est geniale.Apres quil se soit lui même mis le doigt dans l engrenage à tel point qu'il finit par se prendre au jeu de ceux qui veulent sa perte pour assurer leur propre sauvegarde en en faisant un héros par procuration, le poussant dans le trou pour éviter de s'y plonger eux mêmes. Comedie de cararactere grinçante faisant de chacun d'entre eux un dieu, elle accuse le chacun pour soi dans l'illusion de l'égalité à l'autre.
le 14 juillet 2011 à 1:11
De : jean noel thuillier Titre : rectification nominale.. Sémione Sémionovitch
le 17 juillet 2011 à 12:26
De : TriArtis Titre : Pour mieux connaître Erdman Nikolaï Erdman / Angelina Stepanova, un amour en exil Correspondance inédite 33-35, adaptation de Lara Suyeux, trad. Evy Vartazarmian qui vient de paraître chez TriArtis et a été mis en lecture au Festival de la Correspondance de Grignan 2011.
Le Suicidé
Avignon Du 06/07/2011 au 15/07/2011 à 22h La Carrière de Boulbon Site du théâtre

Production : Scène nationale de Sénart

Coproduction : Festival d'Avignon, MC93 Bobigny, Le Grand T (Nantes), MC2 Grenoble, Espace malraux (Chambéry-Savoie), MC de Bourges, Célestins-Lyon, Firmin Gémier/La Piscine (Antony, Châtenay-Malabry), Vidy-Lausanne, L'Archipel (Perpignan), CNC-Châteauvallon, Cie Pipo

  Bourges Du 17/11/2011 au 18/11/2011 Auditorium / Scène Nationale 34 rue Henri Sellier - Bourges Site du théâtre   Grenoble Du 06/12/2011 au 09/12/2011 MC2 4, Rue Paul Claudel, Grenoble Téléphone : 04 76 00 79 00. Site du théâtre   Bobigny Du 06/01/2012 au 15/01/2012 MC93 9, Bd Lénine 93000 Bobigny Téléphone : 01 41 60 72 72. Site du théâtre

Pas de représentation le 11 janvier 2012

  Chatenay-Malabry Du 24/01/2012 au 28/01/2012 La Piscine 254 Avenue de la Division Leclerc Téléphone : 01 46 66 02 74.. Site du théâtre   Lille Du 15/02/2012 au 23/02/2012 Théâtre du Nord 4, Place du Général de Gaulle Téléphone : 03 20 14 24 24. Site du théâtre

Pas de représentation le 20 février

  Lyon Du 28/02/2012 au 04/03/2012 Théâtre des Célestins 4 rue Charles Dullin 69002 Lyon Téléphone : 04 72 77 40 00. Site du théâtre   Nantes Du 07/03/2012 au 17/03/2012 Le grand T 84, rue du Général Buat, 44000 Nantes Téléphone : 02 51 88 25 25. Site du théâtre

Pas de représentation le 12 mars

 

Le Suicidé

de Nicolaï Erdman

Théâtre
Mise en scène : Patrick Pineau
 
Avec : Anne Alvaro, Louis Beyler, Nicolas Bonnefoy, Hervé Briaux, David Bursztein, Catalina Carrio Fernandez, Laurence Cordiker, Nicolas Daussy, Florent Fouquet, Nicolas Gerbaud, Aline Le Berre, Manuel Le Lièvre, Renaud Léon, Laurent Manzoni, Babacar M'baye Fall, Chrarlotte Merlin, Sylvie Orcier, Patrick Pineau.

Traduction : André Markowicz

Collaboration artistique : Annie Perret, Anne Soisson

Scénographie : Sylvie Orcier

Musique et composition sonore : Nicolas Daussy, Jean-Philippe François

Lumière : Marie Nicolas

Costumes : Charlotte Merlin, Sylvie Orcier

Construction décor : Ateliers du Grand T

Régisseur général : Florent Fouquet

Texte publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs

Durée : 2h30 Photo : © Christophe Raynaud De Lage  

Cette pièce sera également représentée à la Scène nationale de Chambéry et de la Savoie (23-24 novembre 2011), au Vidy-Lausanne (29 nov-3 déc), au théâtre de Villefranche (12-13 déc 2011), à la Scène nationale de Sénart (du 17 au 21 janvier 2012), au théâtre de l'Agora à Evry (31 janv 2012), au théâtre Louis Aragon-Tremblay en France (4 fév 2012), au Volcan scène nationale du Havre (7-8 fév 2012), au théâtre Jean Arp à Clamart (11 fév 2012), au théâtre L'Archipel à Perpignan (20-21 mars 2012), au théâtre La Colonne à Miramas (27 mars 2012), au CNCDC Châteauvallon (30 et 31 mars 2012).

"Le Suicidé" fait l'objet d'une Pièce (dé)montée. A voir sur le site www.festival-avignon.com et du CRDP d'Aix-Marseille. Une captation a été réalisée par ARTE.