Des chiffres et des lettres
Jean-Pierre BOURCIER Avignon
Contact
Publié le 7 juillet 2011
Ils sont venus, ils sont tous là... Toujours plus nombreux ces artistes qui se produisent cette année à partir de ce 8 juillet et jusqu'à la fin du mois dans ce qu'il est coutume de nommé le festival Off. Greg Germain, président d'Avignon-Festival & Compagnies, parlait récemment d'une « expansion fulgurante ces quatre dernières années » de la manifestation. Détails.

Le Off, c'est autre chose. D'abord, depuis ces toutes dernières années, la veille de son ouverture officielle, Avignon parade. A l'angle de la rue de la République et du Bd Raspail, vers 17h30, la Cie Pipototal engage ses « allégories mécaniques géantes » et des centaines d'artistes dans une ballade carnavalesque vers la Place de l'Horloge et jusqu'à la Place du Palais des Papes. Là, petits discours de Madame le Maire Marie-Josée Roig et du Président d'Avignon-Festival & Compagnies Greg Germain.

Le lendemain vendredi 8 juillet, les rideaux du OFF s'ouvriront dans près de 120 lieux pour des spectacles en tout genre. Mais déjà, il faut savoir que d'ici au jour de clôture des festivités (le 30/07) de ce « plus grand théâtre du monde », dixit G. Germain, couronné par son bal au Verger d'Urbain V suivi d'un concert et d'une soirée dansante, le Off exposera ses 30 années officielles en collaboration avec la Maison Jean Vilar et son musée, proposera au public ses chroniques critiques et ses rencontres débats dans lesquelles l'équipe de 'www.ruedutheatre.eu' sera représentée ainsi que d'autres médias.

Voilà donc une manifestation exceptionnelle par son ampleur, parfois critiquée mais toujours fortement fréquentée. Chacun y fait son « marché » de spectacles, comme certains disent. Quand André Bénédetto installe son théâtre en 1966 à Avignon, neuf ans après (1947) Jean Vilar et « son » Festival, on imaginait mal la nouvelle aventure d'un autre festival dans cette même ville des Papes. Combien de fois depuis a-t-il été question de lui donner plus de sens ou de vision artistique ! Les Etats Généraux du Off de fin 2007 a surtout confirmé que « le OFF existe comme un festival à part entière, de manière autonome et indépendante ».

Plus de 1100 spectacles

Le patron du Off, Greg Germain précisait récemment que « Les compagnies qui se donnent rendez-vous ici savent toutes qu'elles « font le off » [...] «pour diffuser leur spectacle. Pour jouer dans la durée, pour rencontrer des publics, pour rencontrer la presse et enfin pour croiser leurs regards avec d'autres imaginaires nationaux mais aussi de plus en plus européens et internationaux ».Des artistes chinois sont présents cette année. Des partenariats avec le festival Jeune public d'Okinawa au Japon et le Fringe d'Edimbourg (Ecoss) sont engagés.

La messe est dite. Le Off revendique ses lettres (de noblesse) et brandit fièrement ses chiffres. Aux spectateurs de faire leurs choix dans les quelque 1100 spectacles en tout genre proposés cette année dans 116 lieux. Le programme est en ligne depuis mi-juin sur le site d' « avignonleoff.com ». L'an dernier, environ 40.000 cartes d'abonnement avaient été achetées et plus de 1,3 million de billets avaient été délivrés.

Or, pour rester dans les chiffres, notons que le programme a été tiré cette année à 130.000 exemplaires. Ajoutons encore que sur les 969 compagnies inscrites, 867 viennent de métropole (dont 362 d'Ile-de-France, 147 de PACA et 57 du Languedoc-Roussillon), 93 compagnies viennent de l'étranger (30 de Belgique, 16 de Suisse...). Enfin, si le théâtre domine (près de 690 spectacles), la danse en présente 55, le café-théâtre 87, les marionnettes-objets 46. Ultime précision : si la grande majorité des oeuvres présentées est « tout public », pas moins de 79 sont réservées aux adultes !