Têtes rondes et Têtes pointues
Jean-Pierre BOURCIER Paris
Contact
Publié le 31 janvier 2011
On voit peu souvent sur les scènes de théâtre ces « Têtes rondes et Têtes pointues ». Pourtant cette pièce de Brecht n'a jamais été autant d'actualité en ce début de 3è millénaire avec ces manchettes quotidiennes sur l'argent roi, la misère grandissante ou les délits de faciès. Christophe Rauck met en scène ce texte avec subtilité et offre un spectacle originale et passionnant.

Le titre -« Têtes rondes et Têtes pointues »- est accompagné de deux indications majeures, que soulignent très justement les deux auteurs de la nouvelle traduction Eloi Recoing et Ruth Orthmann : « R(e)ich et riche font bon ménage » - « Un conte d'horreur ». Et oui, Bertolt Brecht en ce début des années 1930 fonce dans le tas pour dire qu'il ne faut pas croire au miracle. Que si le Reich nazi est en construction, les pauvres et ceux que l'on désigne comme différents ont toujours « tord » d'être pauvres ou différents. C'est bien connu. Sa pièce en fera la démonstration. Et même si on peut croire que tout va finalement s'arranger, Brecht nous prévient, dans ce conte, qu'il n'y aura pas de fin heureuse.

Il y a clairement un désir d'informer le spectateur de ce qui se passe alors en Allemagne - on l'entend encore bien aujourd'hui tout en pensant à d'autres espaces géographiques. Mais si ce côté didactique est clairement exprimé par Brecht ici, ce n'est pas forcément l'essentiel. Il fait aussi savoir, en inventant maints retournements de situations, que ses héros sont toujours en posture de changer de direction, de se contredire. Il oblige le spectateur à garder son esprit critique en éveil car dans ce « conte d'horreur », il manie le coup de théâtre en virtuose.

Boite à malice

Au pays nommé Yahoo, la ville de Luma est peuplée de Tchouques qui ont la tête ronde et de Tchiches qui ont la tête pointue. Les premiers « respirent » l'honnêteté et la fidélité, les seconds, « la ruse, le calcul, un penchant pour la tromperie »... La crise économique est violente, les loyers augmentent, les jeunes filles, qu'elles deviennent putains ou nonnes, sont piégées d'une manière ou d'une autre. Le vice-roi et son conseiller Missena concoctent des plans diaboliques...

Des panneaux en carton suspendus glissent sur le plateau de scène. Ils évoquent ici une ville, là une place ou d'autres lieux plus précis. Ils créent différentes ouvertures, permettent des points de vue originaux. Il y a quelque chose d'une boite à malice dans cette façon d'utiliser l'espace qui s'adapte aux changements de rythme jusqu'à l'impression de carnaval parfois. Les chansons sont fortement présentes dans la pièce. Christophe Rauck a souhaité qu'il y en ait plus que dans la version originale.

Les comédiens, masqués, montrent une vigueur, un enthousiaste sans faille. Qu'ils soient métayers, fermiers, vice-roi, religieuses, juge ou autres avocats et mère supérieure, ils jouent chacun au minimum deux rôles, parfois quatre ou cinq. On comprend et apprécie la densité de ce spectacle. Et sa réussite pour montrer, finalement, un monde sans pitié.

Saint-Denis Du 10/01/2011 au 06/02/2011 à 19h30 les lundi, jeudi, vendredi, 18h le samedi, 16h le dimanche Théâtre Gérard Philipe 59 Boulevard Jules Guesde, 93 Saint-Denis Téléphone : 01 48 13 70 00 . Site du théâtre

De 6€ à 20€

  Toulouse Du 15/02/2011 au 20/02/2011 Théâtre National de Toulouse - Centre Dramatique National de Midi-Pyrénées 1 rue Pierre Baudis, 31009 Toulouse Téléphone : 0534450505.   Tourcoing Du 05/04/2011 au 15/04/2011 Idéal (Théâtre du Nord) 19 rue des Champs Téléphone : 03 20 17 93 30. Site du théâtre   Suresnes Le 29/04/2011 Suresnes Jean Vilar 16 Place de Stalingrad. 92150 Suresnes Téléphone : 01 46 97 98 10. Site du théâtre   Mulhouse Du 03/05/2011 au 07/05/2011 La Filature 20 allée Nathan Katz. 68090 Mulhouse Cedex Téléphone : 03 89 36 28 28. Site du théâtre  

Têtes rondes et Têtes pointues

de Bertolt Brecht

Théâtre
Mise en scène : Christophe Rauck
 
Avec : Myriam Azencot, Emeline Bayart, Juliette Plumecocq-Mech, Camille Schnebelen, Marc Chouppart, Philippe Hottier, Jean-Philippe Meyer, Marc Susini, Alain Trétout

Musique originale : Arthur Besson

Dramaturgie : Leslie Six

Scénographie : Jean-Marc Stehlé

Lumière : Olivier Oudiou

Costumes : Coralie Sanvoisin

Masques et objets : Judith Dubois

Collaboration chorégraphique : Claire Richard

Traduction : Eloi Recoing et Ruth Orthmann

Durée : 2h45 avec entractte Photo : © Isabella Emanuele  

L'Arche éditeur

Production TGP-CDN de Saint Denis/Coproduction Théâtre National de Toulouse