Ticket
Aurélia HILLAIRE Avignon
Contact
Publié le 29 juillet 2009
Immigration, racisme, intolérance : quand le théâtre se saisit de nos luttes politiques et sociales, c’est parfois même pour nous faire voir ce que les médias ne peuvent montrer. Il crée alors une fiction proche du documentaire qu’on observe et garde en mémoire, une fois sorti de la salle de représentation. Mais ici point de salle, ni de représentation. On nous avait prévenu : le tract invitait à un spectacle qui n’était « ni à voir ni à entendre, à vivre tout simplement ».

Sur le visuel, on avait aperçu le visage d’un homme au regard perçant ; un œil attentif le reconnaîtra en la personne du passeur qui nous attend de l’autre côté du Rhône. Traversée du fleuve en bac : la clandestinité attend de l’autre côté. Non, nous ne verrons pas un spectacle « sur les sans-papiers », nous serons eux. Rassemblés sous les arbres de l’île de la Barthelasse face au Rocher des Doms, les candidats à l’expérience bavardent, rient, téléphonent… Jusqu’à l’arrivée du fameux passeur, chaussures en croco et montre clinquante. Il faudra le suivre. Il donne des ordres et il faudra les appliquer. « Je dis : tu cours, tu cours ; tu te baisses, tu te baisses, tu attends, tu attends. Et surtout, tu te tais ».

C’est à ce moment-là du passage dans le petit bosquet de l’île que les sourires tombent. Le collectif Bonheur Intérieur Brut propose deux voyages : ce qui se passera à partir de cet instant dépendra de celui que vous avez choisi. Enfin, choisi... Disons plutôt l’horaire pour lequel vous avez opté. A moins que vous n’ayez eu le courage de revenir.
Les trente minutes qui suivront se déroulent dans le camion où, toujours sans ménagement, on vous aura fait monter. L’une des deux versions vous mettra face à la condition de la femme dans ce genre de situation, la seconde face à celle de deux clandestins tentant la traversée vers l'Angleterre pour la énième fois. Les deux face à notre propre humanité.

Car il y a des comédiens dans ce camion, masqués dans l’obscurité. Et du son aussi, comme une radio diffusant des propos sur la même problématique. Nous ne les aurons jamais écouté aussi attentivement, repères qu’ils sont dans cette situation aussi inconfortable qu’inattendue.
Traumatisante pour certains, marquante pour tous, Ticket est réellement une expérience. De ce théâtre qu’on dit « documentaire ». Ou « action ». Car en plus de montrer une réalité, il met son public en situation.
A sa manière, il pourrait être le prolongement de l’installation plastique de Jean-Michel Bruyère et le collectif LFKs, pour le IN, proposant un parcours d’une petite dizaine de pièces –sas- sur ce thème de l’immigration, du camp et de l’arbitraire.

Sûr qu’en un mois de festival, le collectif, exploitant au maximum des possibilités du lieu, aura touché plus que ne le feront peut être jamais les médias d’information réunis, qui de surcroît, rencontreraient d’immenses difficultés à réaliser un tel reportage. Une bonne piqûre de rappel : « le droit de circuler n’existe pas pour tout le monde. Il y a des terres possédées et des hommes maudits ».
Jack Souvant, le metteur en scène du collectif, souhaite avec Ticket dépasser le « j’y pense et puis j’oublie » : aller plus loin que les mots, ces mots égrainant le nombre de morts dans ou sous un camion en transit pour l’Angleterre.

Mission accomplie. De ce « voyage immobile », nous ne reviendrons jamais vraiment. Et maintenant ?

Avignon - Avignon Off Du 07/07/2009 au 29/07/2009 à 11h30, 12h30, 18h et 19h30 Ilot Chapiteau Chemin des Canotiers (derrière "Le Bercail") 84000 Avignon Téléphone : 02 47 56 97 31 .  

Ticket

de Collectif Bonheur Intérieur Brut

Documetaire-fiction Théâtre
Mise en scène : Jack Souvant
 
Avec : Kamel Abdelli, Hakim Djaziri, Gilles Guelblum, Tella Kpomahou, Ma Min-man, Frédérick Souvant

Collaboration artistique: Isabelle Rivoal

Scénographie et lumière: Eric Soyer

Installation sonore: Marc Nouyrigat

 

 

Durée : 45 min. Photo : © Olivier Jobard  

Installation : Jean-Michel Bruyère et le collectif LFKs
Le préau d'un seul : Du 11 au 21 juillet 2009 à La Miroiterie (Avignon)